Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, septembre 21 2020

Covid et coeur abattu

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn%3AANd9GcQKO3tDQPoWIDrWcoEUZkVurkseuHIJWchp2w&usqp=CAU

 

            C’est vrai que, pendant le confinement, des liens différents se sont tissés avec nos élèves, au gré de confidences qui excédaient parfois de loin les échanges que nous aurions eus en temps plus ordinaire : la vulnérabilité commune et l’éloignement physique, induit par les écrans et le téléphone, autorisaient des conversations profondes, où la pudeur s’estompait de temps à autre pour parler de ce qui était trop dur dans leurs vies. Il serait d’ailleurs intéressant de relire à cette aune le confinement et je me demandais également, après avoir traversé ensemble tout cela, comment seraient les relations à la rentrée. 

 

            Dans les couloirs, c’est facile en échangeant quelques mots ; dans ma propre classe, j’en ai quelques-uns qui sont « anciens » élèves de l’an passé mais pas trop : cela va bien mais il est vrai qu’il y a quelque chose d’une confiance plus profonde qui s’est établie. Parmi ceux-ci, il y a un filou au grand cœur, malin, intelligent, quelques soucis de discipline mais jamais rien de grave et plutôt envie de lui tirer les oreilles quand ça lui arrive pour le remettre sur le droit chemin. Sa situation personnelle, comme beaucoup de mes élèves, comporte des traits à faire pleurer dans les chaumières : sauf qu’il ne s’agit pas d’un moyen télévisuel facile pour provoquer la compassion, c’est juste la vérité. 

 

            Nous avions parlé ensemble déjà du virus qui nous préoccupe parce qu’on savait, lui comme moi, à quel point dans son cas c’était particulièrement dangereux : sa mère l’élève seule et elle est malade. Alors s’il y en a bien un qui ne rigole pas quand je grogne et vitupère avec ardeur dans les salles pour obtenir le port du masque par tous -et-pas-en-mode-glissé-par-dessous-le-menton-zut-à-la-fin !, c’est bien lui. 

 

            Or, vous voyez, c’est notamment un de ces gars que j’ai embarqués sous le bras (enfin, euh, métaphoriquement) tout à l’heure parce qu’il n’allait pas bien du tout et que cela ressemblait bigrement toujours à un certain virus. J’étais bien embêtée et j’ai carrément eu le cœur fendu quand il m’a dit ce à quoi je pensais déjà : « Madame, vous savez… enfin, vous savez : si j’ai ça, je ne veux vraiment pas le transmettre à ma mère ».  

 

Alors, oui, je râle et continuerai à râler sur les mesures non prises ou non respectées, sur la croissance du virus dans nos établissements scolaires (tenez, allez voir cette carte collaborative par exemple : https://www.google.com/maps/d/u/0/viewer?mid=1qSrisw1eZhc_imfnmmIvqeq9jjZG7VY1&ll=48.390625604709925%2C6.537248840773245&z=4 ) mais ce n’est pas que pour le principe : c’est aussi parce qu’au-delà de la santé qui reste un enjeu crucial et clairement urgentissime, ils broient les cœurs de ces sacrés lascars qui sont mes élèves, qui peuvent être les vôtres, vos enfants ou ceux de vos proches. 

 

Je crois d’ailleurs aussi que, dans cet amour manifesté, il y a quelque chose de sacré, un peu du Seigneur à travers les plaies de l’inquiétude, et sans doute cela me donne-t-il de l’espérance : parce que ma foi me dit que cet amour-là ne sera jamais perdu ; parce que je crois aussi que le Seigneur, même s’ils ne Le connaissent pas, est auprès d’eux deux, comme de tous ces « petits » qui sont Siens, même si c’est de nuit, même si c’est en apparence de loin, mais Il n’en demeure pas moins là, tout proche du cœur brisé et de l’esprit abattu. 

 

dimanche, septembre 20 2020

La proposition de la grâce pour tous

data:image/jpeg;base64,/9j/4AAQSkZJRgABAQAAAQABAAD/2wCEAAsHCBYKEw0NFBYNDQ0NDRsODQ0NDSEQEB0bJyMpHicjJiUsMTMsLC4vLyUmKj4sMjU3Ojs6KjRBRkA4RjM5OjcBDAwMEA8QHRISHTchHSE3Nzc3Nzc3Qzc3Nzc3Nzc3Q0M3Nzc3ODc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3N//AABEIAQ4AuwMBIgACEQEDEQH/xAAbAAACAwEBAQAAAAAAAAAAAAAEBQIDBgEAB//EAEYQAAIAAwUGAwUGBQEHAwUAAAECAxESAAQhIjEFEzJBUWFCcYEjUpGh8AYUM2KxwXKC0eHxQxUkU2OSorI0c9IHhJPC8v/EABoBAAIDAQEAAAAAAAAAAAAAAAIDAAEEBQb/xAApEQACAgICAQQCAgIDAAAAAAAAAQIRAyESMUEEIlFhE3GBkTJSBSPR/9oADAMBAAIRAxEAPwB3vFWCtQ/E9ovaQGMukhr1AsJeIzMI1QX8OmGtJbKZgHz1naV6bfNdyBStJWlWykET/W3mvSqzQTxbzLl6gET6gztwzcWbCj1f7vNq1UtVVrIykfSXoD3s3UGJVLhpqVvPH+nztmtmubpGhOwyxIgWrrMFf1M/Q21EGU3Y/X1hbZglca+BU1uzitxe7SKfiT+1q4qVFcF4gv8Aj5a2mrUsrT/i9FxnaRFJbhyyy9MPjKzqAIoSwWriVfjMH9/O3VhlSrf9q+Yx1n4Rr1tWiUrhTmmuXmZnAY9/rSxA4pDxN8pE6fWvxhCtNW4alyr88B9dLQ+74UiqneJw9iNR5AD00xwmWzMpGZf5lxYjp2HS1zpTVjladS+h09JfC0ohxwGNUuFcrYrhjh/nraMWIZVKKctNWHfQY8p+VuwhU6T4d2avdnPy542mPd8KrTUq9rWQg5VSqg1ZamzVSx5/G1cXMGwZstPz0EhzwtIrU1PiwZWbhmJaDmJE4drKdobZZi8K7qsWhjDaPEamCGBxAE5sQRoJAT4uVqk1FWwoxcuh7Ti0qqaaudPPv2tTvkhmkulS8S7wLyPXXyxtmHh/eAxjxL1FdWpaHwwxzOAIXEzlOZsUlxhQUZAl3RWlSu4DYjmDLEY48hMWV+aL6D4JeR8641inNJfenieYw625CIWqQqbNm8yDr6WDGyYCld2rwGpqaJAYwIxPWQkpGuoNvFol0m7n71dF/EjrDpjJhiXUYEDmwlL3ZY2anYHFPphxNR8KrSWZVbqJ/qdbRVRPw8vhPvjoJ+lrCAwYjMrLlZehEwR/W3DlrYe8evYfvawSEzNZVZvPUk/10nai8wxERlnmWdPyA0852KIMlM8u84e1WvwsPeGCh8asxZfenIWp9ERALu1bCp2VlbNpKQnaUO8ugKqYNIduOdWpnaMw1az8LVN3wtGIYdT7zeCJvGqCNEp1MtMNP742HosWR2VYiwj7LNTDbdlYOE5SI0wwlp3tXdrmYn3jOrVezapSsgCCCD8JdjZiYO8hoC+9hN4qdSfnzwxtRmamWZ95u+ILMAkTPeUzPvZSxRXgLkxM0AzdJ518+WHlzFtFs+P94hpFNOZc3njPA6TIJwspvN1eI9YHtYeVqcykHAg99O+Fj9k3d7s0WE65d5vIbLJlxkDL1keR1tMcXGX0y5NOI1YVBvyyWrsCR+lpKahWBmabLl1mDLCWE7VK/GualYYZfnP5Aad7WlqTMeHhXzw/c20CyANWHDSxp9Pnby6q8/D4W7Cf7W8WOccOuWr+/wC1uheNR4Vqqbhx7T7G0IcC5or8W9hhaW7T/r8tcbWbzLpmxqy9/TvbkNMVJOXd8XfCUzPzt1DhVl4Tw88QP2/S0IRVKS0uJuKmdXp6z+dvO1NLDxNm92R/x87eQUssitNVPx0x+Nu1Y05eLNTm5Ht/i0IKNu3k0wrsn4t6Us0RWpZUEgSDPAkgKPMnlZbDT2cISVKIe7pppVVGkpc7evf+8Xm+sTlhxFu9XQKomO02L+fezBYAhh2Y0+GroMJ+mH62x5m5Soe/akv5KFg0pWCqLTmZWzY8pDsbTjX6la3iQET8OlmWk9zPEYSxstvd7i3sfd7siR6Wqqizpn2AEyfhhz0mFBu20YJZRd0i5eJV3a+Upj5kCxxwuuxfKzbbNhiJDWLN4tTVLEp8wPqeNjoDFYiyKrUtK1Sao6/pb5/ebwblGXcssC9rBMSNdKjTUMSCBgQ2Il/MORts9kX9b/Du94XhpETd+6Z4yPxFnxVJAPyVhDs6K0GTfdbzNrqvEqRACxhgdGALKB0YYACxbLTqaVq4qhqAOfw+drvtBBru0Z1qZ4CfeFpytUmcS86ZdwT1sO7I0OtiqpFUe0qp1AIlY5+3Zd8kn56ItFXLnVVp3jL2mR06y+FoXhMJj+L82gn8+VhNlQliRN1OpYlTUtPDmRPmJzNpO5Zqy2ZoPCvFMtiT8bJjk5douiysKbw4XiVqV+Ejj9Y2vuwi0zTdlC7MC7ENixJ+dhqGiFk4d5NavIgYWrjusNnVnjBlciSRGC64WJMlHLocXV6VRuFauYOJOGHKXx52phsFZSSkVbzGp3jKGwIwMwZaKDy5nCdpRyqxFQB8yn2jKdzLSU9Jz5a627eVZoSmSruoitUy6oCJky1Ep4YaWm6KIXdQodCVjwoEOmIyqVmQJn154Ya+hSwzBLKwrfdlt+s+ukuR0xGtoq33SIzN7VrzxLguIGEhoMMMeg1tTEvBmxFS0sKobN4TqcD0nLysSpInbC4alamWnc7vMzNmAlhKeEgBz62hCvVLUmpvZht5hTiSQuAxkADPvrjbyozLusuXNvPCwnhMaTkJE9pjWQou90Ks27DrU3tF4lEtSMde0/TC1O/BBmw4mnVUxXiPQ6W9CGLN4Yi0+UgMDz587UqmWpKlVKvxGK46Gc5YDH9pC3HjuzoilWVoebeLpOcj6kkWIoIu6VVSDNS39D+kuZtJdMOH9ycP1xFg0vESHUyqipFjZt5+IMZAk6YgAnDDHW3mjtGeMlKsl2iLxNlY4GU5YATxw5G1WSgpl4cMyxMtKjUD+vK3l1xqbMMzdx9DS1MCGy52NS/hru2ZW0mDOfpYZUeloIV2SGwh7xm4pYz0M9MZ8zK1sgjuyFYl6xrb77EqzaiZafnIixW0ZtDaksqRZLTV1nrjakh4d6apct7URqlnSSFCt6SpPxtPbKNDu7ELU0BhGZV/EZQTMDqZTl3Atia/7P5Hz6su+yN4RReFod7xCYr7NQ0SRYymTJRgo1I0GONn3+2IcOHGjNXCWA27jQ2h+0mZSAAnOc8JTn6WSQ9mCMNoQrqzXV75Ch3qDF6gqQGB1HIjTQ6TtFNnvcrs8GK/3iNvodUVs0zjKc+c8TPrbW5cVYpJS0S+1FF5u73vcxYF4hUxIceNCGKhgWUlSRisxIyOOFmH2AZGh3iCmaFDiBl/hIwHyn62zF1u95WHeYMeI0VI9UNVWWKtIBQAAJzljjLlIE20f/05uTXcX6ocMcXdcvQTPnqPKxQlyloqceMTUbSiLBgXh2poSA7N5BTOyBYZWDBginNDReIMsgAMScdZdedjftXGrSFcVPtr8+7p8W7Emc9sMJ8iwsEwVZgBldIgqh44DCYmMJSnKRlOxZN6BiqSfyV3GK12pSSqzXn7u2YMtMjj2mZYz6WsEITd5VZQrN6jT+1rHBzvNIW7iVNDjKKcBgSdQeYM+newcO9CIl4IzbtQvF0NUxhiDpPqDbOouLphXYS08kuCo+mcY/rYC9xXV4gUVpUaWqONjnd7vVlqZWK0rmmSwIA9NTLDGw0SEsQs7MyMzElVbAfKxkRXdo5jGKjMue8mGqqvRJmQM+ak2OjId2qTz4Ll5jn8vQGw73RoZwCo0JhEysFwOsjKUyJiR68rdv6jeosnR4Um3lNWJ1UnESkAZdx0szaW0D2yu8OY1cIUoqtTT4pjEY6Dk2Ha3Euu7XfFlZ4rLmaHpgBgJnv8bC3e9LGjXgNUy5YkNmhlWIAkdNQKZz5T7WaQ4I3aI5iorQwy1KNZmcsPL4jrYF7gnoEhxmZ2RTmZqV92ev6TP+bW3NGgreHJqvCxyrMy5ZYSw6UyMuto7g1skMtREWqJHZRlMgMMJTwGo69gZrACtmEd4UeHxbw4kGUiBiTIjHnLna0iWTVDE3qu9StKpcFnOeA9BpztY0I1Nj/phWiNlxEz07ztGAjTXBkRozRFbwkAUgeZEjjjgelrEU1sgapGWplic8dRhiNZ8tBa0iiMWGa99VSqsV3fhnpPz1w5mVh4kJbuYuZ03kojRobHAdAJyMyPn8b3vQUIpWqrMtU2mSZAHvMyBJtW12ywYRq3VJqZVpYkMAAdZ4kAy/vamr6Ii67RjEVXktDNVlYrj1lz+NiMGpAqXNVlyrjOcyfMn4WHWA13VmAbcw2O5Vl4U5zGstQOwGksbUhZVrqy5VqXKZiePfz7WtcitAO3Lk17gq8LNeLtE30OIzZTKc08mBl62UbP2kLwJ5suWJDZcyy1B7z+VtVdVfKGH+meHLOUpEk+pkLJY8NL7H3yKrSgCArtNViAY1EdBiFnPnZGeOuXkdjkmnGXjyAbNvhg3xanV4O5F3VvdWcgD5EjXrazau2xEeLBVGpdhEWLuzSAJgYjCeJbtLGZwtza1wzX1eNlukO8Q6VCrNSwIAGGgT0OPZHfKVjO4alaReG14aQp9Nfj3sUXyiimoxkGbV2g8OPct1SzQon3hqpssipUTExyJMu4tt9muux7ojx29q7GNEy52iOS1IA1OMpDp0tjtn7JqdKni1xWC75WpiCS4SwwkQPgLOBBe6xWvN5V9pLww7yq5oS9N2BKRliyzJ5iQtePJCD4klHlt/0E7NjffTFv0YUXiIxgwVXwICZKCDiTiWIlPHks7ELCG7ZTVW7MvF3MpjTSXnO1CujLBVHZ4NO89nJVnOYxnoO3xsVAJiI02dd5xRNzyGGoMtBZqlYuXyVXk1Ok6mZfC0mmT35D4C1MZXWIq0JmzVMtSgAAEH5ft2LlvKWUqyxGENt33E9fPDrjaN/SmgNTQuZYarqen11tUlZEysqVVJKqxWmy5qpEeGcscMJdjayDFBVTzljl/vaF4hqxpKstOVlpplPSXLHTvay7l0ULvGSXg1l87XdFdie7bSeNQoyNTwqtUSZ6nU2cU1BHooqYVQ6qcRMHDrKXwtlLvf2u9d7BZWppVllgDLDGYlzJ620twvYv6RaRumWGrRKuIzMzj6H1JsGFt3bsPJGukTeEINTyZaauHNEILBjM88avIH4TZ3iBs1LrCEOGzZlrlMyHMmQ6ADHyviQhwyXdVfh1VKTIznPrifjYdiJVsVVYkSlqohqAAMgekpdbOoUWMgZffZm3eZqolWJJlz0xAwIFp3dgzK8n/D3nCFlLAiXIaAA8weYsqvO3YbZEqdmb8T8NQwEpjCZwBx72WbUvsSNTTEW7qy0tDhyVWkZifMjUHrOwSyxi68hxxyZpmbdqr1NVizM0QLiQdBPWZ/pam8XyDBpreAqwIdSrGihlHWXPtK2Tu61LWrv7WbNDqqZWA1BJn9C114gKwVwmZpssReWkp98ZjDrZbzq6C/F9j6FtaBEyB6kRVWH7PLgQcZ466nta5drXdXoLM6LVwrSoJJnLTkfIStl0utJmuWuHmpUaiUh2GJxxsRDuxiUo4Xiyq0mUgDHHUY4eRHpPyS+C3CPyPBtiGsNjKK1UPdrpUW0JMuUyDj3tUm3hxKlT7oLS0Q8WOglzEh1snLFYkVTlpYKuXUAa95zNr0R7sLvGoWmPGCw43iElZsQeUlIHmdMDY7k9ge26K75eot5FDBoTswqg5lVVMgJA+95ylPpKzjZklLeFVX/GFgtpx2vMCLecvso8JcvuI6lv/Jp+VjbgMzKf9RStX9/jbHnUttD7VJA1+f7vGg3w8MKcG8f+08pn+UhWPYGxe07rd7v7bdQnjRZQ6VXi5iY0MsMbRiiqqYyt4f1FhTdjJczMqQ93BVvCOnkBh5AWyen9Vxg4Pvww5wTp/BKE1Rqamtl8PM4adAPTSziDEDBRPMvvWVTEMNFP+mpb0An8bRhsW14uL+3kLDjcsk211RU1S2WXy6/cn+8oKoNVV6gdsZuO4OJ94T52Lv8AeDNWhlkgtDNTKuWfOQ5YamwUO8vDyE1a8S8j5+nxtzZ133kG9XEnJCiezy5qSAQAegnSD29LdHBJxfF/sTONxsKusMQ1W8PQsJZ1NV0wBI+uVs8+27y0eM0JKoLMYMOHuxEUKNCDLA89ZdrNE2a8G7tCiPkvPiXh1mJjkcB/W3NjbHNyRou8rWJJaae+utttiKZG57Y3z0REVWiQ6WWGxbScgQT1Pp2szbaSwyVlDy4Z4Yqsk+0CJGiwlAZXhw8zeKRP9vla2HeYMgG34YCTCqwvfRa+xVeICXg0MXVFllh5W7gdJCR9bW1rDqaplVYdMSI3PTX59u1uEcNOanKtXSXX4WrvMQRFWumFmFNMmkQ05k6drY/JrLkjxFEGK0R6G4YasahOUiTPoRMcp62CS9CDEikB2bee0iMtWmHr1PnM626WNCzSnLUqs2s2wkOVUpy10HK3Yd2aMzJBKLG3dXtFph9AT5SnMazA7glb0ytIrEvYwkdVVoZbeUjCnr1nIiXY9JWJ2NC/2nUFiUvCg+0ZsyzOFQM8RlOOuNh4OxDVFgxeFV8LVMScRLryMvTyPuH2Wdt1QzMkVaYjKugkdDp8TqbOWNedinkfhUMolzgqkFIVe+XhzaLzJBwPP9rI/tBDdlhPCaKqKphxGqzVA4ky0GBAn8p2Y3iILuHjZ+L7usRmG8EsPKUwW56279nobQKixV1XNEWo4zHQjWUsedrSV2C/gTbNnvldi7QqquINExmSCMOZwP8AS2m2kUpaLCRvwt5Bhq1NTylIHUTwn62Dvpg3iL7BWqXK0ODlUkdJYaa+Vmd1uD3krmo3SnK0ProPSQ+Pa1tt6RSVbEf2Qu6xmvV4vLLUqlokONl7kyOgE5S87aAXVr2lD1LBqqgw1yxCORY8jjoJdziQFGxtjvvHeLS6woh4eEsDj5gHrhOWuMtPKpZDL7to3ekRa/YK+zkiQHukloiQ2hsqrTg05y6ATsm2PeGZUqHtVyxv4waSPKY/WzvaUf7tDZqlVt3VVVSqj3j2Fs3c4ohx3gkUb1VvUOrmDlxGoJpOBxxE7Zsv66HQTkmOryc6+7EWpf3B+Vqw2FqXvPDCzZWNLd+lrZ+K3Kz4ePuS0OhLwyu+n2b4eHN6H+luhsW8P19YWtKBgynhbL8bCXc4UHjhNSzfAAjzwPrY/SS20XlVxstkFK+7+Xy/pK0YMXc3mC5NEKPCMOIzNStS4jsCam+FpMv/AHe9w42C27DaJBhOozQr2kTd8Mwcp/8AK226nGX3QlbTQ6v7opSEQzQVXeezi0sOQkJGeE9Ta+NDhQVSpY9LxMtMXmBzlIaA2ziFoYiwiGV6SqrTVKYw01s7e8wbwIKAR1dGp3bTqGGIM9fSdulxadtGXkmtMCvyJEpZirPTlbeaAiYBlLt6zsv+6QTiwevxTiGf62ZRbku9ekMqqwiNUoxw85gTkfj1sEYzwyy0wsrEcR62GSroJb7Boly3lVRo1qqnTL448rL3g+FQ1Cz4VLay69gPQ21v+x06tV+ZRT8LI9oQ9yzIqpTvAreLQyJHeWH+LZvxNR5Se/geslukiuHsl9psqqVVYS1VRIlKzMiBgDjKfoe9n+yNhiGUJDwhws3vkTwnyGpHW1n2f2W13WEXrTw5uJj1PQEk4eltAVDCRGW2jHjSSYqc23QObkkMrFVEqXiZlqaXmccNfja9owU0ipm91c3x5D1tBEaJUtTbr3vEfXp31PzPrsRDRuFFWI35V4j+0rMFGN+10J4cVaUksWcShWqmRIYgDAz5Dr8LdoxIN1W77ss7K27anhbAmZJ8j8e1mMWIt/vF4UFXSnc7ziWQGIHqT8D2spvl3h3dosGLERFhssSqktEOE5gDQ9Z9dCDZb1bDpvQDdrx91jJFhJlhsN2vFgdcZ4dPTvZ/dL28ZnRWqaJmjRIfhB1APXCQ6a9rA3XaMCDwwH3WCreYkNWmSJjqQZGcsNbNN5SWjINxCWHm3i0q3p262W8i6D4NdhkFN2u6UcMvhYW/7RS74fixW4YcPM0+mH1+thEjxL3xndQm/wBOCvtCPXT1n5WmNnNDDBfZI7VVROIqDMKZnH+1ijjnLpUvvsHlFdsqW7NHWLfI5pom0OBxLMHCeOJnoBgNccCAftVAWC91jIamaqDE8gKgZ+eHrZldl+7vvYkRt1DXip3kgByHSeMpdbB7f27db+iJCiveLwj7yGu4ZVI540iQEpz7WLNilHC0lrsLDkjLMt/RVAvIjL4K2y+9iNDLvYmDFxpP/lz+vrCwUO7GCJg1QnzQ4i/Wo0ItdFYTmtS5eGnz5+mluVfONM1zSjLQystdysWKfzD/AMcP1PxsZdohiLjxLxWqjXcM7RSyqrKFbzE/2l8LYcb/ABTd+A+4laXqqmfh8S9PLra2/iqFiaaWhtU3CJONfnaX3ZORZfzfQ+sLA7bZoMBkIZ94y5oKiogOJyB0IE5csLbIZecoxp9rsTSW0aaHclYB96jr/wAqGW+YNh02ZAhtvt9FqWJVwaEzmJS6TFs4L3doi0768XeNTVVe7pvFwH5CP1sqvm37krGFEe+R2TxXRkWHpMyDYmZ629G/S/6v+zlfmb8WbuI13qZjeVRlUK28kvlgZWzu0dn3aJFdvvqZpHCMoGg72Sw9oXC8ZYcS/o9NVMaAkRfiDZftBYYiOB94YYSb7sBPAfmsxYYx7u/0Lead9L+z6oUZsVWr+YL8Z2jcNmi7s8V0RmaIYisrFmWeJ178xYRFa7lGhu2ZgsSpjEU4SmZ89P6WM/2sIbUOrVVBaoeZSTyE7YVxe2bXfgPUiIPCy2qmatzOpaaqvEB0PnoDrgelhUvEGJizqsVpszVGGw7T7D4yJsRDh7mpg6tV4o2Zj0xnp6WOyqPRHN2pRBXvG9nC93r6D5TsuH2fF4LRb27Xx6qlhLOHAU8pAHWXMmzA3pIIixojKlK5olXs5cgD+3W3d/UYMadSNlpXNqMNNTP9bU0n2RNroS3i4JsyIlFCwmqiNApCqp0EiOUp4Hzwsj25d4V4Zoyul3itJY2sVW8xqDLDDtZn9tLpeI0W6vCWEqPDaHEaLm3ciCCQDiTM4DpqLJ7hsmCsVXLffbxdmERmixAyq/hyjKoEi05TkpmTPHQoY44+TQvlKU6s0OxIIukFYM89XtP4iJgeYEvQC1e274nsoLPCVN2bzEWJEpV5SkkxjiZek7U75YkRrsjI8fxLEiiHriSTqKicQJmWA0JtmNtbDjRr6zRrwr3eob77kpVgo0QTkJ954TOBlK2b02J5Zb67G5prHHT2Nl+2cRhhBWB/y1jBfiQp/Wyu97evl4MoX3O7s3iZmit8SAPlZpEuNw8MHaK//et+7Gyu83OGrqkI3zetww2jw3UA4TJKYDvidZTNum+EIttOK+Tnp5JySi0xNfbvfo1O8vTRS7UrBhsUq8gABpzOgtodi7LGykodfbN+I37dZfrL0s92LsdbgFjRDvb1TTvGy+gHLr+vKXdorvM/iX6H+bef9Z/yEZzWOL0dXBh4q338g13vZu+UCuF/w2zS7j+n9bGLGgxxUoze6rU/GeNlajDxVeLL9fXS0Aj3llu6or5qvygdzjIa9+k7Ynjbft7Naaf+X9jBoInKbs0Thgw2px9OQ6ky0mbNrjstYKq7havdXhHYGWnLSZt7ZGy0uA9+LE/EiU69uwHIepxsy4te+W2zD6ZRVz2zNky26j0UtCDCmVK/w2RbbUQaUy0RFLUtxDr6f2toYjiVRpVV8TdPO3z77afaZFNEELFjLDMNaeET1JPQcuZx5Y2ZlxKTSj2VjdW30WCPCWmborYZWjBWn8etpm5Xa9tOPDS9IympllvpnmHGI+NvncO8uoZXSpm4Wy6nWcwTj1BHztf98aauiMlLGrd04eXT4St3uWNxSlJfuzmfiyKVxRqNs/Zm4QEeOH2jd0Rat2tEXyAnIkkyGJtmfvUNMqRNq0DhnAhzl/1WvuF5Zm30VlTcRUiKu4WKpIM5EATIOExORn5WexftUUJVYeyQqmQX/YzCXbXlpanOPiV/yGoy8xf9G8vCD2tTIzMwaqnMMAJCRwGHznam8ZUdgqOnDVUVYdxIciccRobcv+0Bcol3mlKPDO8bDCRGI66memlslt/aL3m8NeUWKt1VVpZVyy94DXEnCWJwtyHV7ZtjGT6VmhhuViorurJFXdtVyxEiJnDmPWzWHeluDJCJrq4mpqXHQgzmDOWFl2xX3kBbzLes12yxGytiNSMfWRtnb99qL1eALu8Kh2YLuYO0g0QT0nJSPQkWbigqbbAm29JH0poiRgyS3qstLLTUpB5Hl6WEul0EHe3YVKlW+h1ZpTPL1tPZUapWQlakiFVzVYHEeepsS6FnRhUuU1Msu0tfW11dMrrQp+1OzYm1rneLuj7q8LmhtDYrNhiFJwkGGHr2t8b2ReWuZjqzPd6k3LIq59cRzkQQJ2+7x5wirhuKUNql6nA4S0J+dsz9rNli7nfIq+3b2jKtLBtZ4dRM+h62J5pQi40mvskccZS7af0fOo7NGzhL0+areRICqp8zIE2KuKXlVUrDVF4lZryVhy8gTZ46LGCrlbNws2uHT9rQvLiGqpJlXBYaw++AUdyZADvbO/V5GqjpfRoj6XEttW/sFgve2dEqu7M7ZV3Z4RqSeg/tiZW2OxNmrdVrNTu2ZojcTHqe3QDACXnYP7P7K3YZ4lLRW/G7dEB6CfrieeDuJFK1YU+Fe/8AYWzZvUycffJtInCKlUEkUXp8V8TU2X3u8CGGxpy1M3Qc5nlhYspUavFanZN1F5ixYr5ku0SlV6xOKZn7oIIGkzPkLcvBCOfM3VeTTJ8Yndn7LeMN7EZoEJ+GH/rEdTPhw5a/w2bKEuSZQkJF4mqp9STqe5xtc8lDTpVVWpqviZ9v6WzUW8G+xFiy9lDb2KtyHWXVteoGHWfXlxxrRlVze+h2Noo2auv/ANhWi/MA2rvG0WUNRDd6Vq9owhKekyZt/wBtrbuKkX+/WZ525EGP5cFqa1xk5KytJgEaE8TGM6vREFMCFDMOAO5nMkggamXOU7Z5LkixIs0hMyXmJ7RoYZiCSRjroRbUxuH60/zbMt/6i90sqNvB4TpQo8vW2VZG80o30jRDcbKXgpDqUrC/LTB5dvl8rVsB0VcvhUfRsZEiotJP+ox3mvxEsf8ANhd8GZVCtSv5u39LOsImoWbTC0VcTLT87VRbwKjlTX/gi3oIqqXPR4lb9sfPS0pwxhmw87XdEpDDasWK0JISDepHYfePaCqQBNMycAxMj2nYKMjtEuu+EJYTRCyw4bFpuFLLMyAkJEgdQLaK/XUQYGUZoUqmXtr9d7I9qQGiQItFSxk9td2X3hiAPPEetl5W1NJgY37dEIOw4tLIsV900Q7uBvTDggE4AkY6GWMxppZp9nthrvkqRUWBmppGDA/Wls/s37X0rur0rLUoiQ48NcrAyIJHIdx10ttvs1tOFe2i0PCitEUNUvFhqCNQcRh521xSbVi8kckE9a+Rw6CIZGndIvD4Se/YD6wtCikb1QysuZVx4eku+vnKw217y10gRYgFTb3xZlxbCYGJGk5YysDsPbr3vJE3G+X8SHBapT1ljPQz52a5JOmZ1FtWhxeAtDgmpnhn+LtIchPGwW3VDXV3NTNSrL4sZjlpoSPWxKANCVBTU6iHl76n4TM7LPtdEWDBWEMjRYgqp6Azx9QMbST9rZcFckZFnaS5aV4maGoqw/QznLztds67b6K7E1JAbdwVppzkAliBhIA0jvVaLuGCkCrSpeFedmGxLut43qszK9KxIcSG2YDQgg4EaddeVsP6Nr6Y/gQtyqgfzeLG1V5eppeFf1+jYYtFunNY8L/iQ1LS8xqPSdvQr5DvJkhWv3evUCdsPq4z4pL+fsHGt2TNhLtevu73iFXumaIYiszdVpJx90hT5EnlYuyvaEEVszCpGlxLUuOH62z+jlxm/wBDZ01sP2vHdoEXHI0Rd57wQ6g/zCTdATysHcFDNhUrNJacNNJ2FhQzBNSF0ZW8MQ8xLScjgAMRy8rHbNQK6k8bxA3JdSNAAAPh1t0pS5CWklSHiLu1VBVw8VqasfzcPmT9G1//AMbURG4jm91c3O0jl4wbfS2K426KYz1VSy+7bIQXESJGjE0rEvLND8U5GQ+Si2g2zejdoLuvHTTD7uco+ZFkJhiCtEssKAIfmAPPXS2b0dy5ZH5NbSSpF8a97ssk1atafTHv0nYZ72IJolukaH4uE6c+pBGFuTWMVdRwru1bDA4n48vW3lgowZmrphtmzVYjXX9sLbgUki5PEqtV+akstqoqkmZCkyGPpa+Hm4TSvu+HDHH652il4UgGtv8A8Z/paIhrojuytJUyqcrNrh15TshYmHkIpZPC3FZ7EibtUn4oyQ/iwFgtswhDdIo8U1b5SNp6iNpS+BGKW+PyZ1YKMI12dFirCiVQ6lqXdtOXcSIK4dBZe/2dRmqhPFgOvDqyiWOBwI85mzPaREF4Ub3GpifwNKZ9DJuwB62LRuLDO3F/f587IU5dofylHyJTeNowEeAIv3qC2XdxGV8NZ5xV8DY/Yt5iQ3SKaYV6hMu8hQ4IhwZE4LOeupwMpHCcrHQ4Rytwt9d+5sLDhvBa8GhXVpxt5EyqCFw5zImP7SM7OhkcnTBnK49I2LTVmmH/AOIu7UrgeJcCTrj2JE5Wt3SxAoZFbKGaIq+0YDQ4YyPOU+fW1VzvTXhLq4o4QqszHEldCJCU5a46WvhSZd0aVeFEKw6uHqBPngQJW2oxPQh2psFYZ+8wlqhf8PxHHkBpyl+gwnnIW3IUF0io6pSw3kGk4rzGP1MC30NGEQVkKqYrEh1ZQecxIYfLnbI/aD7L3dojRt21MXNlZoeOGOvXtjOeJNk5YJLkjRhyRvjOxjB2zd42WHHu7VLVliirthOfSwm3Nl7z/eYTbp1YKzLmhnpMefMSOnlbNxfsxBbhaOq+KmUSWnUefytU32WpxhxXX3qoXnzBw/pZEpRkqZoUIJ2pUO7pth4brCjmnw1NmU4TmDz8te2FnN4h7wYe74ec7YiP9noy1IIysryqVmZVMu2OmFtf9mmdoS3aMVaMkqWhtVNZywmOXMd7Y5enV8sb2HkcVG07B4aGplnSyrV7ykc/2sdduJDKnMKfjbt6hGCawKqeJeotxUzI61NUw9BO0WVXUtf+iHG1aGzHD6+ulg4hx/La6M+GlXh+Ng40QKuJpWmpm6Aa2R6ubqOJeey8Me2JttPvosKEMywl+8RPMzVf1Y+gsI8NZZ2rV1FOWnzA52Q33bO8eLFoap4lStVyGAEuwA9STYmFt5lC0wWb3faVY85SBt0MOPhBRHvHJ7DmCwVoQKzVe9Ty0xtNmNCg5nbhp8sZ9rLRe7xG4btTUv8AqQn+M8LTh3e+RhTSsCpeJqO8sZlrM15aI4fLDxEyL4mXK3z1HbtbzSGFbfXpYRNjR2M4sZVZpU7uIW0nLkBP654BXj7K1szb1sf+Uf8A5WpSj8gOMV5Nffb48GIsKNmurKGWJu9HBmCSPSXQjvay/KYiq6mp6hSrZpjn8rWfe0vKKrihYnFDjLS39Pnbr3VLvupCqlhlVjpjpj35cibNceSox8q2KIqb6sOKoTQzDZfPA/I2q2c+VkYtvYXs4lTZiQBJv5hJvU2ZbRKQ3ZkqoZas2XHEH97LIqLBiLeJ5I6iDE/i1Qz+K+otipxbiabUlYf5Bsq5vd0+vjaDszKtBzq2WH4TgcpnyNpLpUD/AA/XxtReHENXwqq9nxDU4AzI78rFHtAs2OzlVoF3mFXdtSy9AZiXlj8rehf7vHvCRHqgxVVoKxF4ZCRBPOZlKfSwuwQjXeE1SO0NgrRIbZSAQMeo11se6BY6A5liQCtLZuc5d7dOPSMb02Du4usdgQzQorZVqqzGXXuZeotfeoLXpGg05lzQ2iN8BhPynywOtqNswlhwIsUBlWExiZZ1SkAQPrkLTuF4e8wYV4DZqaqWh0xO46A9iOlp9E8WZqIghsyNlb3m6CcsPh8rVpDww8K+Hn8e0rM/tHApZIozLE8WGuspecz62Ww33a0yWqnipPzEvO3OyR4yaNMXyimeKYsJ1VN7uXDTy/e0Ed4bq65nhZqcMRoR6i0g469c3TDHX0tPeU8qmXxcTS87L8aGId3eMl5RWU8eZfPnPvytBrvuS3FS3yslgXpoMRKVZlee8VeoGBHeU/Ozu7RxRXNWRsy9/wC8+VplwxzR+JAW4O10RLVYWUbZbfFLsP8AVYtGp5QwRP8A6iQvkT0s5JWIrFTmp4enmOVs+Hqj3qKRUsKmD72AUMcPNvkLYsOCUcnv8D1NONotc44DhzVVZfrW0HaqqWVqu+v79bXGJVS4pXLlX+0vqVq3kvNVb3bawLOIlQafvdsZ/wCLcc+Ehqav06W8HX/+fXnK3HYqJEq318bWUch+Empf4v6Sx5429FirM5k17W4DgyjK37jp8DbjKowpQ96R/S1LZZD7VXOI13uqwBFaK0XdxqW1Wk88JYy6WogrGuCwlitXGiqeL2igCUhPWYJ8sbMI96K0mveusH2cOoMwJ7cwdPQ2Ij3hIzQhFSmFxVRJVAnlLkB8/wBenpqjJ07BIUTeLFqLM1NSrSWlidDpImeA/a1d+gC8Q2XwutNS8SnkR3Bl8LM412EQu8I0qqilVXUjDDt+8+Wq50MOqEcnu5vqY5Wy548WpIfidqirZsRo0NSwzq27iU8mBkZD0nPmCLSvKBlpJVVbxRFqkcCMDhqBahj93iq82WFeV+DgYT6VKP8AtHW0WvCRA0meLCaKGiLTmAXEUjuZYmXKXW1QVuy2bW4Qlu8KFCWGq0t7GnKpmZkYac8D52si0tFTFlXdmqH4lliJeunytbCP/pU8SrU3mBIj4n5Wi7rEvKrNWaFCqZehOn9bb61RkvZ28LleFmZWhmNU3kefnI2ouMNVVWKtFWPD32VdJymCJ444+ptOI7MkVqaliQxDX0wkR3JNqNmR/ZoxO6ZImZm4cwqI15Ey9O1o6slaK9rIkSCyovAxVm3XLiAOGGIXW2dZDDCrJqV/LzPfmMeltftCqh+BqoYbLPNIjTpOcudsk7FcpLNTlZun7HHnbL6qO02OwvtEweKYy/vaEZ6QtOVqj+X4fK3A9WBqZvy5Z+nx+FvBamXDNVSq0+X9rZKHHiuGueqpWXkRL97OLshvcP7zDpSK2W8QG/DYjA+RniD5TsmiMJKs6aW4au3WxewHNUZD4YixofqoBl5FfnZmPTaKl1YwgRlYyIofxQYklidMDORHf52RR2+7x406l36rG4eYFJB8pD420USGIgpiKrrVwsv1LlZJtqAt1iQowLUJPK0QtJTgQSZ6YNryteSLtMrG1tEFh4s3E1VXF/Y8rRcCJTM5v09MOf6W9SWpbhb83T18rdXMWaWXws3FZIZ4IF92n+HN87cYD+Zmt5vdyr/7amoW5SMwnT4s3lytCFyoF/l4vlYWLEMzw69rWxGbrUvF+U+mlll5OY8PLwz5edrVPyQbpHS7imGn/wCv97cDRLyVaGM8NhEX3TLljrPEdO+Fi7wkO7vBmq0tOpVzNhKXpr8rSvV4W7xPvCfhNDVY1PITMiPKZmO/a3RdGRWG3aJUcwoi05l4vgRqLC7Ru33haVFTw8y02uixqgrLmbihsvT+htGFFdYmXMrL7aqdM+XnL+lhmlJUwotxdoRX0VQIqNxUll8wJj5i132Y9teN0WVkaIzRFp0kBlBnzM/MchhYbbZMNIyzbiqyw95jrpMDl+nlZ99loCQ4DSZFdmqzNTm1xn5AeQsn08WnT+RuVriO4P4jIy/6e7WJ1Ix+JEj6G1GzUaNEvUVgiq0bd7xeJlXAT8+f97WXh23EaKmWLUzQ6uRGUT+Fp3VGhw4MHKsXdhozLynrLzMwOwNtvky+CtGZYSRS1SVLGZacwFQJxBx58rD7KBk6rS6xVPipxVvI45h8LEQUeJCaCVSiloNW8pbmNJGw2y7ut3ZLumRFVmXN7RSZAg+o6WHyi/AXFZfYsta1RlalVymZmeUu+FsxtGFu3dF4Vy810wHyAPrbTpxXdKuGI7U9wCuH/VpZPt6Ed67jhfMrVcxlI9ZA+h62DNG46Dg6kKKzxNS2YfWJNugnN7ze7OrlzlaMQFquKpV4V6D1tKikVVeH3hy9fM2w7NGjqqc2C1U/WgsRsuN93jwlk1LQ2g5upAYY/wApsHXuxr4fF+n10t2LOmocSyiQ6eTCRHzw9bDGTTTLas0zuOAnNxLZXtUCIrTHizeoPPvZhd3WNDSMopVodXDmkRMT+NgNqilFllqiVfI20ZbcRUNSFN2JZUb8o6fva1XqLE0/9Wa1N1/ChYL+EvSqcsbWTK6HNT+1szHeTgV4ZZ5tTjl+jO3IrGMVOX8v1/e3VfeVKaV/i/rbzALgRxZuHXDr62qiWe4daf8AqsFeryUdlBWkSlr087FiUTLxf4suvjydhJdB4ewsS+iL7HUO8d6l95mqb1su+0MeLEhpFgl1WFEDM0PnrjhyGNmEIpfTkLJCaHmak0zniAQMBL+1jIRqu6QaKUiTVmqpxBnIAaefa29LyZPoWfZuNEghxGGVoYiQ/Z5sMCJAaaGWoJPXBtCvaxGZAVrXiVpr8AQLJdtXWKoTdlnSGpy1UtMylPrITtdddkve4E1dWvCyiNDaVMzriP1FiqydaDdrXUNDZyUVscrSzDmPPp3lZh9jWRbvuQHV4URt9vFpZjPil0PLtLTSym47Pfdb1nT8QNDWreYmY18jP0sbCldoiZ6UiMViN4RMYg+YnLvKwL2ysO+UaDtq3o3RLvNckWOm+zBZYzOHOZkABY5H3nDxR5tV0QYCXcjTzJ5Wz+19phnnla7wIZaHEbiLE8p6SkJG0vspf2ZGgkRam/8ATxIvMEzMsNBUWA8+ljWROVAODqzQJE3bNSrMjNTllxAYymRhh8RZZfr08GOsVEoXdnfNGXnhKQBxEucxKXexl/2hCuSbpjU1OWFDzRO3l5m3bhfjfUqpSnhZWiftLnYm03V7BSa3QJdr0Y15VXRFhLdCzNVlqJDGYPQEfOw+2Now4iwkQ1PDWqpeEHseoIHlYLbd2e6Ms80Jvw2XhHbzFl4ft19foTtmyZpRuNDo406dl7r4x4lp/MOunL9vW1LCrEMy5s2XT5fWNurE4gaqfy9unkZ/4twTh0zzfw9vmCNJWzt2rSGpeDqk5WqZqW/lx6/XW3mjGbY0qq8Srr8u36W9CODTHFmbw/AY/Rt5CVFTUsqqalp/aX7WG7LGmxL8I0N08UKKYdPUEBhr2YD0Nvbd/CqGVf3kQP2sFsqNvIsakZVWGzU9c4PkZD9LOHQRkdSMrfr2toXujQt6lZnLuwpTGqpRT8P8fG1kV92Py+7/AE/Ww9zhCGXu7Ch4DU/y6qQOkhKfUG10WU9V/Ll5drZ3p0NoiImFU6tPF1PS3Wk2WVS8PDV+s7ed2YSGX+XLaKgrrTVw5c1qaIibsFC4ZvrTGye/IN43Hy8J6DvZmzHkMtXD4R0/W1F6JrbKvL9LRaLC/spGN39lmZ2YZV4dOR6ecvlZs5qiOpCoysfZ95DNhhjP9bAJc0gmahlb3liH6nbzsrRFaIz0PEC1bylgwlITEiJnDXoOdujbejIkkX7QiGGjNPLVT8bLAkaJkuzMqPNo1LBVPYE6a4y7Wa3+FDjG8QVf2qwt5BhNmkxXDUY48jOwexYMS7F7waFXdGpWYNOQnpPoLCk1KyN6oAe5Xm7ihhVChQ1pVYgZVEzLn2EumFmV5vjLBS7lWZ4mapVq0IM5DnPCzFKom+H46RWWJvFlTIgTEp4CQw87DptGDdI+6hlmZlHs6jUrTMxM9fl62N7KjoARiwxVl064z5nvbzRDBaoMyP7yzVh5dOfxtA30LEqJZGaIYm7ZfZyxGB+BHlY++XpIO6eIq0tEpzcxzkdemlszxf6sdz+UBoTlaa1N+/e1l3vbQWWKhZHp/llznjiPO1+3lSlPuyVxas25ieGU/KellkGK00UBk0X2kM4eRww1PPnYXinF2uy+cWqZrrhekv6qrszO3FCiSX4AATsBf9ibtvYmv/keIevTzl62UX8i7B81e6hiJlh6/wBNAZ2L+zn2geJCZ3V91UVzQ8oPPMBh62elyVTX8i/8X7X/AACuGhnMGVl4lbLLH+9ug4ybh/Lmp7y/btZ9FvEO9hTGVlqyw1ZgqifOqevnLy6h3jYxUKyPCerhVlzHyIBn8LJlhcdx2Gpp96FJYae6v8PxwP1O3STJsF/hZuf97WXi6RLuGiujIi+JmXn68ybVi7tNIKCErxfy5VHNyOcvSZw52X+OV9DE0/IZsRaRGcDLvBBXuFUY6aTJHobNYjFlZV4W4u3l52pucBYISEhahPe58ye5JMyetqdq30XWFFiz/DXL+by9dPSz0qQqTt6Fu1HH3mEFzOsI76nkJiU+89PI2pjvSamC1L+mOnxtddtjvS0Vm9q7bxlVaWn64SGAHYC0WQNlYPUvhZqf05WVLG3KwoySVFO9DMqhlq3nDTVOf6WtYU1KStPu0/rjbP3aNeFvCrFTJjVUopEgSJMeWmONtRdL0IaTIy01byGtSy1OmlieBryUsifgGCGIcFZlw/rr52GvV0etpQ2lh4l6ediLtthI0RoSV5p01ZV9LUbQv7CI4mo0wp7Dva1hS7K/I30MBExmTaN5dVVqgtNNLK2VTPAD10tFDPW1hVY6tDYVKUxVsVI6GzADPbQ3l3MGEpd93BFW7U8jzPM4Txs4h3trkYKxTmZREibyTKRKR06Gdg4EcwmiwSq0rFmKWp5y6WOu8SGxeFFQRHpO5iCGuWY/axKS6JKL7F99+0gaJGEMtd0iMKqcqyAl0wn1noLKLxGeHFV4dbVMYlTLUoIl6ga/GwkNlvDxAESHELbpN3NYYxnOU/Kzm4RAi7wFmDru2qUYgdRiLMegFssN6EZqyyoyqF3bTxE+WGMwdO1j9qkRoK3Mure3DXeJxRFBUmRHqRP15Wzke+bp2kq5jNMOHCWE5y56dbEQL016jwmklcSEFWrhmCRMiWHpaqraLv5Iw728QQlDMrIu79nEKt3n3Aw9LHw9mveYi1OtCqFXMWiAAfAc8Zmy+7xTCaIhClxqy5ZnQEnWzO+xSLvBiwsjAyeo6gn15kG0fwiv2NREShoQSmNC9msRYhaHhI4z1wlgcbGbKhK0KLBhOiM01aGq5RPAiQxBInjjrPtb53fb+4hOKmzSY/8AUJ/GxP2G2mi3tK0aLvYTItUjS2BmLWotbZG14NBftpmCYript1DZYkOIxwIOMtcdceeFjNhbQN7i0BmgO02bNTlGmmuo+NkW1AovF4QLk3pWmo9fOzi5x4EFEBhUxIa0M0E0TmadRInrjYFXkLb6C9t3p4hi3RiztgywaQyuQARPCcpynjh6W5dES6FkLM8Xdj7w1RiKJnBROc+gHnzsnu8JoJjxREfev7TeDipJ4cZ9B5Swt43kXQIsmbexN4jV5ixyqThhIdJ449rKnbemOjHVGnN4VjQGWplLN4soMif2sojv9/i1KKrvdogp/OwI+IGPrLobCxA17UqWEKDGYULDXNJRIKThIYaDraxrybuARRuyQlAh6cpjH5Wl1sprdIcPecGYnMvhXl59Lej3d1Te8KIpb2jZiOenxspu20XhpFhE1QxVml7Q1Y48sJytW8aoSDxmHuxQGXHsJWJyTQCiwDbkRb2qrVQ3+mzTpPOUuplr52LukdLtAhQiyMu7pzcJkcZTtxYUKIhgsmAaZpwx6gzmLDx9nw4yCBnG7JaHEnmmevW0UvbTKad2NrmYDBjDRUTDMuWfX4EWQbX2esSNFYRHkxB/EHQWMu93MJQgbIs9RmxlzErZG+XtjEi54nGenW0TsJRo/9k=

 

Qu’il est dur de ne pas enfermer la justice de Dieu dans notre justice humaine ; 

Qu’il est dur de sortir d’une vision de la grâce façon justice rétributive ; 

Qu’il est dur de ne pas entrer dans le jeu miné de la comparaison avec autrui et d’oser, entre se jauger avec l’autre ou regarder son propre nombril, tenir plutôt notre regard orienté vers Lui ! 

 

Car il est heureux qu’Il vienne toujours nous chercher, qu'Il aille à notre rencontre, avec bonté, 

Car il est si bon qu’Il nous offre toujours le même salaire : Sa grâce, à foison ! 

 

Sur l'évangile de ce dimanche (Mt 20, 1-16)

mercredi, septembre 16 2020

Prof de banlieue et Covid

 

Je suis en colère comme petite prof d’un lycée de banlieue. Oui, pour une fois. 

 

Ce matin, une surveillante est venue me prendre la moitié de la classe à laquelle j’étais en train de faire cours en me montrant un papier : elle me demande si j’étais au courant… Non, je ne l’étais pas. Un cas de Covid – malade – dans un groupe de langue : tous les élèves de ma classe faisant cette langue sont devenus d’un coup cas contacts et doivent partir en isolement. Il va falloir voir pour les spécialités suivies, d’autres vont devenir cas contacts, mais dans tous les cas, cela risque de devenir exponentiel et que vais-je faire avec encore 10 élèves sans doute pendant que les autres sont à la maison… en attendant que cette classe ferme à son tour ? Avec, comme cerise sur le gâteau, une élève qui fit une crise de panique.

 

A la récré, d’autres cas de Covid signalés, une autre classe fermée… des cas contacts en isolement, des suspicions chez des élèves : tout part exponentiellement. Quid de leurs profs ? On ne sait pas. Combien de temps avant que je ne sois considérée à mon tour comme cas contact et doive m’isoler ?

 

Sans doute, je l’espère, que nos lycéens ne mourront pas tout comme j’espère qu’il n’y aura pas des cas aussi graves qu’en printemps. En revanche, certains sont bien malades, d’autres encore vont le devenir, et les profs ont eu l’air d’être des voix criant dans le désert pendant tout ce temps. 

 

Je suis en colère, parce qu’on parle santé et économie, ce qui est important, mais qu’on oublie la pédagogie et la croissance des plus jeunes, en particulier des plus pauvres. On pontifie sur les profs décrocheurs ou au contraire gros bosseurs durant le confinement, on fait de pseudo-stats en oubliant simplement le présent, les profs qui font, simplement, bêtement, leur job ou peut-être qui aimeraient le faire convenablement. Ces profs qui répètent qu’ils sont considérés comme des pions par le ministère, sans réflexion sur leur sécurité (je suis encore jeune et en bonne santé, je vais volontiers et avec joie au lycée, mais je sais que c’est une vraie question pour mes collègues plus âgés ou à risque)… 

Mais surtout ces profs qui ne cessent de dire qu’un pseudo-protocole ne suffit pas, que si des choses sont applicables dans des établissements d’un certain milieu social, comment voulez-vous faire avec des élèves qui ont du mal avec des règles, dans des bâtiments vétustes, des salles trop petites et avec des classes dont les effectifs ont encore augmenté parce qu’on a fermé des classes ? N’oublions pas non plus qu’il nous manque des effectifs dans les équipes de vie scolaire pour veiller aux règles dans les couloirs et surveiller, et veiller tout court. De mon côté, j’ai passé mon temps depuis la rentrée à faire cours dans des salles trop denses, mal aérées avec des élèves portant mal le masque (je rêve de m’enregistrer leur demandant de le remettre tant c’est LA phrase de la rentrée pour moi !) : il était certain que le Covid viendrait nous rejoindre, à nouveau. 

 

            Je suis en colère, parce qu’autoriser des adaptations locales, permettre aux équipes de réfléchir en laissant de la souplesse, à avoir peut-être des plus petits groupes, quitte à ce que les élèves aient provisoirement moins d’heures, aurait été anticipation : et non, nous allons nous retrouver dans des semi-situations, à devoir préparer des choses comme on peut à moitié en présentiel, à moitié en distanciel, sachant que tout pourra changer le lendemain et que nos élèves commençaient seulement à reprendre pied dans le goût de l’école. Évidemment, on nous dira encore une fois dans les médias qu’on fait mal notre travail puisque cette rentrée s’est faite « dans la joie » et qu’il paraît que tout était prêt. Alors que je vois bien toutes les équipes sur le terrain, de la direction au personnel de service, faire ce qu’ils peuvent. 

 

Mais, si je suis en colère de cette n- ième non-anticipation je veux aussi espérer alors, de mon petit regard de prof de banlieue sensible, s’il vous plaît… S’il vous plaît, les uns et les autres, là où vous êtes, dans ce que vous faites, faites ce que vous pouvez pour limiter le risque. Cela peut vous sembler lointain mais on dit parfois « les banlieues s’embrasent » : c’est le cas, les malades sont là, nous allons nous efforcer de contenir tout cela, au mieux, de continuer notre travail, au moins mal, mais vous aussi, faites ce que vous pouvez pour ne pas augmenter le danger. 

 

 

mercredi, septembre 2 2020

Vous avez dit bénédiction ?

https://fsj.boutique/wp-content/uploads/2020/05/78_C_Nb-624-26-Que-le-Seigneur-te-bénisse-et-te-garde-400x400.jpg

 

            C’est drôle : plusieurs fois au cours de ces dernières semaines, j’ai parlé avec d’autres personnes de « bénédictions ». Dimanche, c’était plutôt suite à une discussion plus musclée autour d’une bénédiction des cartables sur Twitter. Alors, sachez-le : je suis très pro-bénédictions et je ne parle pas que de la bénédiction finale à la messe ! Non, je parle ici de toutes celles qui existent en plus : bénédiction du pèlerin, d’une habitation, d’une voiture ou des cartables par exemple, ou d'autres encore ! 

 

            Cela fait-il de moi pour autant une animiste ou quelqu’un aimant une certaine magie féérique ? Je ne le crois pas. On pourrait répondre en travaillant l’histoire et la portée théologique de ce qu’est une bénédiction : je le ferai bien plus humblement, en précisant simplement ce qui fait que je les aime. Certains vont me dire de m’arrêter, qu’ils me voient venir et que je vais défendre la piété populaire. Cela pourrait être vrai d’une part mais ce n’est pas cela qui fait que j’aime les bénédictions. 

 

            L’étymologie de bénédiction, vous connaissez ? Cela vient de bene et de dicere, dire du bien… Et je fais partie de ces personnes qui pensent que dire du bien, non seulement ça ne fait pas de mal, mais surtout cela fait sacrément du bien sans mauvais jeu de mots ! Dans notre tendance à voir le mal, c’est comme annoncer et prononcer l’irruption du bien. C’est encore plus fort s’il s’agit de dire du bien de la part de Dieu sur une personne, évidemment, comme c’est le cas ici. Prier, de fait, c’est aussi croire à la mystérieuse fécondité des mots qui sont dits, que cela soit à voix haute ou dans le secret de notre cœur. 

 

            Mais quid d’un objet alors ? Il se conçoit aussi en relation avec la personne : en fait, ce qui est important pour moi, dans une bénédiction, sans doute plus que tout, c’est qu’il s’agit de « mettre Dieu dans le coup ». De poser, par un acte, que nous voulons nous mettre, dans ce lieu, dans les actions que nous ferons avec tel objet, sous la protection du Seigneur et Lui demander Sa grâce ! Et, ensuite, que nous voulons agir avec Lui et pour Lui. Rien d’anodin mais au contraire, c’est très fort et cela nous engage pour la suite à chercher à vivre en conséquence ! 

 

Ainsi, ce n’est pas parce que mon sac à dos a été béni lors de la bénédiction des cartables que mon stylo rouge qui était glissé à l'intérieur dans ma trousse corrigera mieux : mais c’est dans la mouvance de la bénédiction de Dieu que je désire vivre mon année de prof, lui demandant humblement sa grâce de m’en servir au mieux ! Peut-être que, dans le fond, c’est aussi pour que mon stylo rouge devienne à son tour instrument de bénédiction plutôt que de malédiction… peut-être ? 

 

lundi, août 31 2020

PP

 

            Tu avais dit "oui" pour cette mission alors, le jour de la pré-rentrée, une liste de 28 noms t’est distribuée : ce seront « tes petits », ceux dont tu auras particulièrement la charge dans la classe dont tu es prof principale pour l’année à venir. Si quelques noms parlent parce que tu es désormais une habituée du quartier, ce sont autant de vies, autant d’histoires singulières, à découvrir et à accompagner pendant un an. 

 

            Il est vrai que cette rentrée sera différente du fait de la situation et que les masques mettront plus de temps à tomber, dans tous les sens du terme : mais, même si l’on n’entraperçoit que les yeux et le haut du visage, il y aura à apprendre à les connaître en vérité, au-delà des apparences qu’ils se donnent souvent. 

 

            Je suis toujours un peu émue de cette belle responsabilité qui est la nôtre : il s’agit d’enseigner oui, mais aussi, comme prof principale, de faire pour de bon un bout de chemin ensemble en brassant les grandes questions de leur vie afin d’avancer vers l’avenir qu’ils désirent réellement se construire. Que de temps passé au téléphone durant le confinement par exemple pour parler orientation et, derrière celle-ci, surtout de leur vie. Et, à la fin de l’année (ou d’une autre encore quand le travail se poursuit sur plusieurs années), les laisser filer, un peu plus grands, un peu plus ancrés dans leur vie… Nous ne sommes là que pour un temps, passeurs d’une année, mais les liens qui se créent entre une classe et son prof principal sont d’une belle qualité, même avec les plus pénibles, et c’est toujours une joie particulière quand un ancien de « ma » classe donne quelques nouvelles, comme c’est récemment arrivé. 

 

            Ce qui est certain, c’est qu’à partir du 1er septembre, j’ai toujours plus de choses à raconter au Seigneur dans ma prière tant ils viennent l’habiter, tant leurs bavardages irriguent les miens vers le Seigneur, tant ils passent de simples noms à autant de vies que j’aimerais savoir amener vers plus de vie : et, sans Lui, je ne saurais y arriver. 

 

jeudi, août 27 2020

Une rentrée en temps de Covid

https://image.freepik.com/vecteurs-libre/eleves-masques-medicaux-visage-garcons-filles-peau-foncee-vetus-uniforme-scolaire-debout-pres-personnages-dessins-animes-tableau-noir-protection-contre-virus-concept-allergies_71593-418.jpg

            A quelques jours de la rentrée, ça chauffe : il y a les inquiets les confiants et puis, surtout, ceux qui ont une bonne idée de ce qu’il va se passer. Comme si on savait vraiment comment cette rentrée allait se passer : ce qu’on ne peut pas nier, vu l’absence de normes précises et, surtout d’adaptations locales (qui auraient peut-être été les plus efficaces à travailler ?), c’est que cette rentrée est à risque, pour chacun. 

 

            Lundi, nous nous retrouverons entre profs et mardi nous accueillerons nos élèves. Outre les normes, il y a toute cette part éducative dont on ne parle quasiment jamais, préférant se gausser des profs qui appréhendent le port des masques toute la journée et leur petite nature mais ce n’est pas tout de porter des masques : il va falloir faire connaissance avec des masques, devoir inventer d’autres moyens de « prendre la température » (non, pas la température frontale !) des élèves à leur entrée en classe pour voir ceux qui ont le moral en carafe ou qui arrivent énervés, porteurs des 1000 soucis de l’extérieur, devoir pousser la voix, certes, mais surtout réussir en éducation prioritaire à faire respecter en plus des autres règles le port du masque, le tout dans des espaces très restreints et dans l’ensemble vétustes. Quand on est de l’extérieur, cela peut sembler peu de choses mais en réalité cela va modifier notre travail éducatif. 

 

            Pour autant, je pense évidemment que ce port du masque en intérieur est une bonne chose pour essayer de protéger, au mieux, même si je crains que cela soit insuffisant, qu’on en mesure mal toutes les conséquences pratiques et que cela soit difficile à faire respecter par les plus remuants. Mais, si la rentrée est toujours pleine d’incertitudes parce qu’elle est porteuse de nouveautés, de nouveaux élèves et de changements divers, celle-ci l’est encore plus. 

 

Il y aura encore plus à se confier au meilleur éducateur qui soit, à Celui qui sait porter un regard vrai sur chacun, à Celui qui pousse à grandir chacun dans ce pour quoi il est fait sans le souhaiter ailleurs, à Celui qui sait voir, au-delà des apparences masquées, les cœurs. Alors, Seigneur, viens au secours des profs qui auront besoin de Ton regard pour s’appuyer sur de simples regards quand il feront leurs cours !

 

 

jeudi, août 20 2020

La mélodie du bonheur, film exemplaire en discernement vocationnel ?

https://www.sound-of-music.com/fileadmin/user_upload/Startseitenbild_maria-on-the-hill.jpg

            Les vacances m’ont conduite à visionner à nouveau la Mélodie du Bonheur – The Sound of music (1965) puisque mes pas allaient aussi du côté de la belle ville de Salzburg, ce qui m’a permis de voir « en vrai » les fameux lieux de tournage correspondants – spoiler : si vous êtes fan du film, ça vaut 100 fois le coup !

 

            Il serait facile de faire de ce film une histoire un peu trop classique de quelqu’un se détournant de la vie religieuse pour finalement embrasser le mariage parce qu’évidemment, on sait que ceux qui se consacrent au Seigneur sont des gros frustrés et ohlala ces pauvres gens, il faut leur venir en aide en leur présentant mieux que cet affreux pis-aller. Sans aller jusqu’à cette conception bien sûr exagérée, ce film me paraît avoir une tout autre portée qu’une simple histoire sentimentale aussi chantante que plaisante : il me semble en effet que ce film nous narre aussi un discernement vocationnel assez exemplaire. En voici quelques éléments rapides qui seraient à compléter. 

 

Servir Dieu ? Ok, mais pas n’importe comment ! 

            C’est dans les montagnes au-dessus de Salzburg que s’ouvre le film avec Maria en train de danser et de chanter, libre et joyeuse comme un pinson : c’est quelques dizaines de minutes plus tard que nous comprenons qu’elle est en réalité postulante dans une abbaye bénédictine et qu’elle vient une n-ième fois de sortir des clous en ratant qui plus est l’office. Elle demande pardon, certes, mais les religieuses s’interrogent : Maria est-elle à sa place, elle qui peine tant à suivre la règle ? Il ne s’agit pas tant de la châtier que de voir où est son bonheur… A l’extérieur où elle vient d’aller le chercher ? 

 

Maria n’a-t-elle finalement pas une vision étriquée de la sequela Christi qui ne pourrait se vivre que dans un cloître ? Elle voulait en effet devenir religieuse parce qu’enfant, elle grimpait dans les arbres ( !!!) pour voir les sœurs chanter ! Sa motivation initiale est probablement, a minima, à purifier. 

 

La mère supérieure

            Pour cela, la mère supérieure est un personnage essentiel qui intervient à deux reprises dans des moments-clés de la vie du personnage principal, l’aidant à mener un véritable discernement et à trouver plus de liberté. C’est elle qui veut que Maria voie autre chose que la vie au couvent. Si Maria reçoit cette annonce comme une mise à l’écart ou une mise à l’épreuve, il s’agit bien plutôt d’éprouver profondément autre chose pour elle : que Maria puisse découvrir et vivre autre chose. Pour vivre autre chose, c’est réussi ! Elle découvre une famille, des enfants à aimer, une éducation à mener, un capitaine séduisant… qui veut se remarier avec une femme qui craint la présence joyeuse de Maria. 

            Alors, quand Maria revient au couvent après un discours perfide de la baronne sur l’amour qu’elle inspire au capitaine, elle pleure : elle a découvert l’amour et l’orage qu’il provoque en son cœur. Elle a peur et veut prononcer ses vœux. La mère supérieure, bien loin de profiter de ce cœur qui s’ouvre tout entièrement à elle, lui redit cette vérité essentielle : « Un monastère n’est pas un refuge ». Effectivement, quel que soit le genre de vie que nous embrassons, les combats ne manqueront pas. On peut servir Dieu partout mais on ne le sert pas quand on est immobile et prostré par peur d’affronter la vie au lieu de l’embrasser amoureusement. Et la mère supérieure de chanter : 

Climb every moutainford every stream, follow every rainbow, until you find your dream ! 

A dream that will lead all the love you can give every day of your life for as long as you live… 

n’est-ce pas une merveilleuse définition du fait de “trouver” sa vocation, ce chemin de bonheur où Dieu nous appelle à donner tout ce que nous sommes avec amour, par amour, dans l’amour ? 

 

Joie, paix et fécondité

            C’est en chantant que Maria est heureuse. La fameuse chanson My favourite things en est en quelque sorte une preuve puisqu’elle lui apporte consolation dans l’épreuve ! Plus profondément, en s’occupant des enfants, en créant de vrais liens éducatifs sains avec eux, elle découvre une joie profonde. 

 

« Quand Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre » aime dire la mère supérieure citée par Maria : elle le découvre pleinement et les plans filmiques montrent bien aussi l’évolution de son visage, simplement heureux et paisible, à sa place. 

 

            Dans le film, Maria, devenue Maria von Trapp, n’a pas encore d’autres enfants (dans l’histoire réelle qui a servi de base au film, le capitaine et elle ont trois autres enfants ensuite) mais sa fécondité est évidente : elle réanime le lieu, elle « a fait entrer la musique » à nouveau dans la maison von Trapp ou, tout simplement, la vie elle-même ! Et les talents se révèlent à son contact : n’est-ce pas un bon indicateur qu’elle est là où elle doit être pour porter beaucoup de fruits ? 

 

dimanche, août 9 2020

Dimanche caniculaire de tempête

https://3.bp.blogspot.com/-dB-c3zluHKs/VTfltvx8JGI/AAAAAAAAAo4/sj0FSIsz0wE/s1600/21_Caspar_David_Friedrich.jpg

 

Dans les textes du jour, des éléments déchaînés, que cela soit pour Elie ou pour Pierre : deux tempêtes, bien différentes de nos conditions climatiques actuelles. 

 

La scène avec le prophète est connue : ce n’est ni dans l’ouragan, ni dans le tremblement de terre, ni dans le feu, bref, pas dans la tempête qu’est le Seigneur mais bien dans le murmure d’une brise légère. 

 

Pour Pierre, c’est tout l’inverse : il est pris dans la tempête, ne reconnaissant plus son Seigneur, perdant pied aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Mais il ose se tourner vers Lui d’un cœur plein de foi : « Seigneur, sauve-moi ! ». Et le Seigneur est là, et le Seigneur le sauve. 

 

Et si le Seigneur n’était pas uniquement présent dans la brise légère mais aussi dans l’ouragan ? 

Seulement, Il n’est pas la tempête qui ébranle notre vie tandis qu’Il est bien la brise légère qui vivifie notre existence et affine notre être tout entier face aux vicissitudes de la vie. Il n’est pas Lui-même la tempête mais Il y est aussi présent, comme dans tous les séismes ou incendies de nos vies. 

Il y a alors non pas à espérer immédiatement le redoux de la bise, le ressac du flot qui submerge, mais il y a à crier vers Lui qui nous accompagne pour les traverser. 

Il est là : Il ne se donne probablement pas à reconnaître de prime abord car Il ne saurait être le visage du mal et de la violence mais Il est présent au cœur de celle-ci à qui ose le pas de la foi sur les flots tourmentés. 

 

Textes de la messe du jour

samedi, août 8 2020

Garder la culture de la rencontre

https://www.acprail.com/de/wp-content/uploads/2018/04/Interrail_PremiumMap-2020-scaled.jpg

            Quelles rencontres à l’heure du Covid ? L’autre demeure un appel et, en même temps, il est aussi quelqu’un que je risque de blesser ou qui risque de me contaminer, d’où les gestes de distanciation sociale. Et, pourtant, ces risques existaient déjà, quoique de manière moindre : le coronavirus n’a fait que nous rendre davantage conscients de notre vulnérabilité commune, en augmentant ces probabilités de blessures mutuelles. Rencontrer, c’est toujours risquer. 

 

            Or, cet été, je voyage différemment : en train, un voyage différent, plus lent, ouvert à la contemplation, mais non moins riche en possibles grâce à l’existence des pass « Interrail ». Avec une amie, nous faisons donc en une petite semaine un « Tyrol Train Trip ». En Autriche, nous découvrons que le masque est de rigueur ainsi que la plupart des mêmes mesures que chez nous en France et, pourtant, le pays est moins touché et l’autre n’est pas devenu source de méfiance inconsidérée. 

 

            Ainsi de plusieurs échanges avec des locaux mais sans doute la plus belle rencontre a-t-elle eu lieu ce midi, alors que nous mangions sur le pouce en terrasse. Un vieux monsieur, à la table d’à côté, s’excuse de nous déranger et se lance à nous parler en français : 80 ans de jeunesse ! Il avait étudié à « l’Alliance française » à Paris, boulevard Raspail, entre 1965 et 1970 ! Intérieurement, je pensais qu’il n’avait pas dû être déçu du voyage à ces dates mais lui de nous chanter non les louanges de Paris mais de la langue française, la plus belle des langues d’Europe s’exclamait-il quoique se disant « citoyen de Salzburg » ! Il était heureux de pratiquer car cela se perd avec le temps, avant de nous confier celui qu’il estime être le plus grand des Français : Albert Camus ! Un amoureux des Lettres ce monsieur ! Nous avons continué à deviser quelques minutes, le laissant tout heureux d’avoir rencontré des Françaises. 

 

            Touchée de ce moment, je suis repartie en rendant grâce en mon cœur des rencontres inopinées mais aussi en songeant à l’importance de la culture : dans son sens étymologique où nous cultivons mutuellement la terre commune d’une part, dans les réflexions d’Hanna Arendt à cet égard d’autre part. Dans un fragment de Qu’est-ce que la politique, elle utilise la métaphore des oasis qui résistent à l’ensablement généralisé de nos vies « les oasis constituent tous ces domaines de la vie qui existent indépendamment, ou tout au moins en grande partie indépendamment des circonstances politiques ». Il m’est avis que la foi – dans une région où « Grüss Gott » est la salutation commune, n’ayons pas peur d’en parler ! – comme la culture en sont une : les deux nous ouvrent à la Rencontre / rencontre quand les peurs et les craintes pourraient conduire à un grave ensablement de nos vies : par l’isolement, voire le repli sur soi. 

 

 

 

mercredi, juillet 1 2020

Ablutions hydro alcooliques

http://idata.over-blog.com/0/58/78/88/Christ-porte.jpg

 

            Depuis la reprise des messes avec assemblée, je suis la personne qui fait souvent « pschitt pschitt » aux messes de semaine, comprenez la personne qui lave les mains des paroissiens avec du gel hydroalcoolique. Forcément, ce geste n’a pas été sans me faire me demander quel sens on pourrait lui donner, au-delà de la simple norme sanitaire. 

 

            J’ai d’abord pensé au lavement des pieds mais pas la même classe que Jésus qui y révèle tout entier ce que nous sommes appelés à faire : être aux pieds de nos frères pour les aimer et les servir. Mais là, ce n’est pas franchement cela qui est en jeu. 

 

Ensuite, j’ai pensé à la pécheresse chez Simon (Lc 7, 36-50). « Toi, tu n’as pas lavé mes pieds » s’exclame Jésus à Simon le Pharisien en comparaison de la femme pécheresse jugée avec mépris par celui-ci qui non contente de laver les pieds de Jésus, les essuie avec ses cheveux et les embrasse. Geste d’hospitalité que de laver les pieds après une longue marche dans la poussière du chemin… qui est en plus allé pour la femme jusqu’à ce geste d’amour. Mais y a-t-il mesure dans l’amour ? Sans aller jusque-là, celui qui vient à la messe ne pose-t-il pas un acte de foi, cette foi qui sauve la pécheresse pardonnée ?

 

            Dans une période plus récente, ce sont les mains qui ont été / sont lavées en signe d’hospitalité, bien au-delà d’une simple contrainte sanitaire : dans de nombreux monastères bénédictins, le père abbé lave les mains aux hôtes en signe d’accueil au réfectoire. Il faut dire que la règle demande d’accueillir chaque hôte comme le Christ lui-même, ce qui n’est pas rien ! Dans des traditions plus orientales, on lave les mains aux hôtes : certes parce qu’elles serviront à manger, certes pour purifier mais c’est aussi un vrai acte d’accueil et d’hospitalité. Je garde un souvenir ému de ce geste presque ritualisé qui était parfois fait par certaines familles au Maroc : il y a quelque chose de très touchant à se laisser laver les mains. 

 

Bien sûr, nos ablutions au gel hydroalcoolique n’ont pas tout à fait la même saveur. Et pourtant, et si les normes sanitaires étaient un appel profond, pour chacun, à renouveler notre accueil en Église, et à être capable de voir dans mon frère le Christ qui se rend présent ? Sois le bienvenu, toi/Toi qui te rends chez toi/Toi !

 

lundi, juin 29 2020

A fleur de peau, à fleur d’âme

https://i0.wp.com/www.enrevenantdelexpo.com/wp-content/uploads/2018/11/Jean-Bazaine-Chant-de-laube-II-1985.jpg?w=351&is-pending-load=1#038;h=536&ssl=1Jean Bazaine, Chant de l'aube II, 1985

 

 

Variation à partir de l’évangile de vendredi dernier : la guérison d’un lépreux (Mt. 8, 1-4)

 

            Plusieurs fois dans la Bible, il est question de lépreux, ces hommes atteints d’une terrible maladie qui les ronge, en commençant par la peau. 

 

            Or, la peau, c’est notre interface avec le monde. Elle est le lieu, même quand on n’y pense pas, où s’exerce notre rapport physique premier au monde. Alors le lépreux de l’évangile est très largement un exclu : exclu parce que contagieux, exclu parce que considéré comme impur, exclu parce que son rapport au monde n’est finalement plus plénier… Sa peau est blessée et malade, elle devient insensible et s’effrite, comme un symbole de sa relation à l’autre presque réduite à néant. 

 

Là où personne ne souhaite l’approcher, là où tout le monde oscille entre mépris et peur, Jésus, Lui, s’approche. Pire encore, loin de se tenir à 1m, Il ose et risque pleinement la relation : Il vient le toucher, le guérir et le purifier. 

 

Aujourd’hui, en temps de pandémie, nos touchers se sont faits plus rares et, avant nos rares contacts, nous devons même nous protéger d’un gel frotté vigoureusement. C’est sagesse tant que le virus circule et, pourtant, nous ne devons pas entrer à cause de cela dans des relations aseptisées, qui seraient moins vraies, qui se feraient insensibles et s’effriteraient. 

 

Il est alors probablement tout spécialement bon de contempler le Christ touchant, guérissant et purifiant car Il est celui qui nous guérit à notre tour du risque de relations faussées. En nous laissant toucher par Lui, nous sommes aptes à inventer d’autres moyens, malgré les gestes protecteurs, pour entrer en relation avec l’autre. Il est Celui qui nous donne d’entrer dans des relations saines, Il est Celui qui fait retrouver la souplesse à notre peau toute protégée, loin des sécheresses et de la peur du contact : Il casse tout risque de repli et fait entrer toute relation  dans le jeu et le risque amoureux, où l’on ne s’aventure que par le don, et ce malgré le gel et les masques. 

 

lundi, mai 18 2020

Poème pré-papal Désert de Judée

Aujourd'hui, Jean-Paul II aurait eu 100 ans. Je vous propose ici en guise d'anniversaire l'un de ses poèmes avant qu'il ne soit pape écrit sur les lieux saints, ici celui intitulé "Le désert de Judée" pour la méditation qu'il propose sur la terre et sur Dieu, que vous pouvez retrouver dans l'édition Poèmes - théâtre - Ecrits sur le théâtre, éd. Cana - Cerf.  

 Le désert de Judée 

Difficile de dire à cette terre : "Tu es belle !",
 les pierres fauves rouillent les coteaux
qui épousent la pente des nuages.
Les autos fendent l'air et la pluie. Pas question
de chercher trace de verdure.
Les hommes sont partis au loin. On ne peut vivre ici.
Ce lieu, la route n'y mène pas. Elle le fuit.
Ici Tu es venu, pourtant,
Non pas pour dire à cette terre : "Tu es belle !"
Le lieu était indifférent. Tu cherches partout les hommes.

Pour les chercher partout, 
il Te fallait t'arrêter en un lieu.
Tu as choisi celui-ci.
Toute la terre vient à cette Terre unique, et par elle
devient terre, de même que toute chose
ne devient ce qu'elle est que par
CELUI QUI EST.

Il n'y eut pas de rencontre entre Celui qui Est et la terre. 
Tout ce qui advint,
nous l'appelons création,
possession en propre, comme on possède une chose,
maintien dans l'existence.
Se rencontrer, cela veut dire
non seulement toucher (car rien ne Te touche)
non seulement être face à face
(y a-t-il rien qui puisse être face à Celui qui est ?)
cela veut dire aussi dépendre
(à quel point ! du début de l'existence au néant,
de l'existence à l'anéantissement)

Ainsi étais-tu dépendante, Terre, 


toi, une entre des terres nombreuses
- ensemble avec toute la terre
avec tout ce qui est -
Ainsi étais-tu dépendante et toujours tu l'es
Terre de rencontre ! Terre unique ! Terre, par qui
toute la terre est devenue terre,
comme toute chose est devenue ce qu'elle est
par Celui qui Est
mais je ne peux te dire : "Tu es belle".

La rencontre peut signifie le début de la séparation. 
Terre, grâce à Toi, nous ne sommes jamais séparés de Celui qui Est, jamais nous ne nous séparerons de Lui, - même si Tu cessais d'être Terre, même si tu Te désagrégeais en résidus de Toi.
Il n'y a pas de séparation après la naissance - "se séparer" - qui peut mettre un terme à tout "se rencontrer" - ne peut mettre un terme à la naissance. La naissance ne connaît pas de terme, elle ne connaît pas la séparation.
Terre, Terre non née ! Terre, où Celui qui Est nous est devenu Père. Tu t'es épuisée à notre naissance. Il n'est resté en toi nulle trace de fraîcheur ni de beauté.
- Mais même jeune, tu n'étais pas attrayante - tu n'avais que de plaisants recoins.

Karol Wojtyla

samedi, mai 16 2020

Fils tendus

http://lartdesscoubidous.com/wp-content/uploads/2014/12/Scoobi2X%20001.JPG 

 

            Je n’avais pas tout à fait prévu cela mais il apparaît que ce temps quelque peu transitoire (encore très confiné pour moi qui ne suis absolument pas certaine de reprendre en présentiel les cours dans un lycée sis en zone rouge) s’écrit beaucoup en temps passé au téléphone. 

 

            Moins de nouvelles directes des réseaux d’amis que lors des premiers temps de confinement – c’est heureux, il y a moins de problèmes de santé – mais de nombreux élèves à appeler : pour prendre des nouvelles récentes pour certains mais surtout, pour d’autres, afin de parler de l’orientation à venir. Exercice délicat du professeur principal déjà dans les rencontres en face à face, que cela soit à la sortie d’un cours ou en rendez-vous plus prolongés avec la famille qui devient épineux par téléphone. Pour certains, évidemment, ça va et il n’y a pas à faire cela ; pour d’autres, il est difficile d’appeler au réalisme alors même que la situation est inattendue. Et les appels s’allongent et s’étirent en durée… parfois avec des résultats, parfois sans avancée probante. 

 

            Mais dans tous les cas, je demeure marquée de ce nouveau rapport qui se crée. Il est sûr que les relations sont un peu différentes du fait de la situation et qu’elles seront à réajuster si le retour en présentiel se fait pour retrouver un juste rapport professeur – élève. Cependant, parlons uniquement de ces moments au téléphone : je suis frappée par la densité de ce qui s’y dit. J’ai des confidences, des bribes d’histoire, des envies, des drames, des réalités qui ne seraient peut-être jamais dites autrement. Je ne dis pas que c’est mieux : certaines choses ne sont pas de mon ressort dans ce qui sort mais comme si la situation, le fait de ne pas se voir en vrai, d’être un peu masqué ( !!!) faisait dire les choses plus en vérité. C’est parfois délicat d’accueillir ces confidences car ce n’est pas un accueil ou un accompagnement spirituel… – même si je les confie après au Boss dans le secret de ma prière ! – mais il se joue là des beaux liens d’humanité. Aussi ces moments au téléphone n’ont-ils jamais autant mérité le nom de « coups de fil » qui se tissent, se retendent, s’approfondissent. 

 

            Je fais le même constat avec quelques anciens forcément plus isolés que j’appelle régulièrement, à défaut de pouvoir les serrer dans mes bras d’amitié pour leur dire d’être forts. Parmi eux, je pense à un prêtre âgé de mes amis chers qui s’embête férocement : non que nous nous partagions des banalités ordinairement mais là les échanges s’écrivent en bribes de vie spirituelle confinée et, si la situation n’est pas drôle, il n’en demeure pas moins que c’est très beau. 

 

            Dans les deux cas, j’en sors souvent assez émue comme à chaque fois que notre humanité sonne juste et parle, parfois directement, parfois comme en creux, de Dieu et de son histoire d’amour avec l’humanité. Des coups de fils devenus simplement comme les fils tendus au travers de notre humanité, comme doublant les liens subsistant très réellement quoiqu’invisiblement au cœur de notre humanité. 

 

samedi, mai 9 2020

Un avenir en points d’interrogation

https://st.depositphotos.com/1021974/1535/i/950/depositphotos_15359291-stock-photo-surprise-present.jpg

 

            Tellement d’écrits en tous sens ces dernières semaines ici ou là, des choses intelligentes, d’autres moins, des réactions qui montaient crescendo de partout face à des missives avec lesquelles on consonnait tandis que d’autres hérissaient le poil. 

 

            Et à côté de cela, les nouvelles tourbillonnantes du monde, souvent sombres : celles de la santé de tel ou tel dans un premier temps et, dès maintenant, les horreurs de la crise économique qui commence à poindre et qui balaie les plus pauvres d’un violent revers. 

Et à côté de cela, des réunions en visioconférence qui commençaient à suggérer de plus en plus certainement l’incertitude, partant l’humilité foncière à partir de laquelle uniquement l'on pouvait commencer à bâtir. 

 

            De fait, mon agenda tout entier s’écrit désormais entièrement en points d’interrogation. Ce que je ferai dans deux mois ? Eh bien, pour une rare fois, je n’en sais rien. Chaque matin, mon agenda téléphonique affiche ce que j’aurais dû faire alors que finalement, il n’en sera rien. Les journées sont chargées pourtant, mais elles sont décalées par rapport à ce qui aurait dû être et rien ne s’y déroule comme prévu. Et l’après ? Personnellement, je ne sais pas de quoi l’« après » sera fait, s’il sera changé ou pas, et d’ailleurs je crois qu’il est trop tôt pour qu’on puisse déjà réellement parler « d’après ». 

 

            Pourtant, ce temps différent n’est pas sans enseignement : il nous invite à accueillir chaque jour pleinement comme présent, dans les deux sens du terme ; à nous enraciner chaque matin dans la certitude profonde que ce jour est don de Dieu et que nous avons à Lui y dire oui. 

 

            Je me rappelle de cet excellent bouquin que feu mon premier père spi m’avait fait découvrir, La Grâce de l’instant présent, qui s’appuyait sur ces trois termes : accueillir – consentir – offrir. Accueillir, consentir, offrir : comme trois notes fondamentales de ces temps troublés. 

            Accueillir le jour donné et les incertitudes sur celui-ci d’un « oui » sans réserve.

            Consentir au programme et à ses dérangements imprévus. 

            Offrir au soir tout don reçu vers Celui qui est avec nous. 

 

            S’inscrire dans le présent ouvre à la gratitude, à la louange et à la paix du coeur malgré la tempête actuelle du monde. 

 

Cela va d’ailleurs tout à fait avec le point d’interrogation – qui est comme le signe de ce temps – et l’esquisse de spiritualité que j’aime imaginer en regardant celui-ci : un point qui reste ancré sur terre, une boucle qui veut tendre vers le Ciel en embrassant de son épaisseur tout ce qui est vivant. 

 

dimanche, avril 12 2020

Belle fête de Pâques 2020 !

https://tse2.mm.bing.net/th?id=OIP.zjxdD1DnrKhM0gsEHoMxPwHaKJ&pid=Api

Joyeuse fête de Pâques à chacun ! 
Christ est ressuscité ! 


Que la lumière de cette fête vienne vous éclairer, même à l'intérieur de ce confinement qui, pour certains, est, je le sais, sombre de nuit ; 

Qu'elle irradie à travers toutes ces étincelles du quotidien, même quelque peu cachées, qu'elle vous aide à les repérer ; 

qu'elle resplendisse pour chacun parmi vous, pour ceux qui croient au ciel comme pour ceux qui n'y croient pas ! 

vendredi, avril 10 2020

La croix, une histoire de chair

https://ecriture-icones.fr/wp-content/uploads/2014/07/Christ-Taize-27.jpg

 

Corps du Christ qui touche le corps des disciples en leurs pieds, 

Contact entre la chair de Celui qui sauve mais s’abaisse tel un esclave et celle de pauvres pécheurs, entraînés à « faire de même » : mais oseront-ils, oserons-nous, aller jusque-là, jusqu’au bout comme Il l’a fait ? 

 

Chair tirée, emmenée de force, du Christ lors de Son arrestation malgré sa douceur, 

Chair emprisonnée, 

Chair moquée, 

Chair frappée, 

Chair flagellée, 

Chair humiliée, 

Chair trop faible pour porter le fardeau, 

Chair assoiffée, 

Chair crucifiée, 

Chair sanglante, 

Chair asphyxiée,

Chair morte, 

Chair au tombeau 

 

Tellement de liens avec aujourd’hui…

Et un appel à contempler le corps du Christ en croix pour notre monde et notre temps : 

Il est là dans toutes les nuits de l’homme ; 

Il vient là dans nos souffrances ;

Il vient là, jusque dans la béance absurde de la mort. 

 

jeudi, avril 9 2020

De la foule à la relation personnelle

https://static.blog4ever.com/2008/05/212502/artfichier_212502_706082_201204010335719.gif

            Depuis la célébration des Rameaux, nous sommes donc entrés dans cette grande semaine entre toutes. Lors de la messe de dimanche, nous avons comme un condensé de ce que nous vivons pas à pas à la suite du Christ le reste de la semaine. 

 

            Ce qui m’a frappée, c’est le rôle de la foule à côté de celui des personnes individuelles. On connaît la versatilité si féroce de la première, passant en un rien de temps de l’Hosanna triomphal au si cruel « crucifie-le ! » mais, aux moment-clés, celle-ci disparaît et l’Evangile nous narre autant de réactions différentes de personnages singuliers. Une foule hurle, un personnage parle, murmure, trahit, questionne, se tait, s’endort. 

 

            Autant d’histoires personnelles avec le Seigneur qui se trouvent impactées par ce qu’Il vit et il est simple de nous retrouver parfois dans un tel, parfois dans tel autre. Mais il y en a qui sont là jusqu’au bout : ceux qui restent auprès de Lui sont ceux qui ont noué une relation personnelle avec Lui, profondément aimante, qui n’a même plus forcément besoin de mots. Il ne s’agit pas seulement d’être prêt à tout pour Lui car, même là, on pourrait le trahir d’une annonce sans suite, d’un retournement de notre part ou d’un sommeil profond. « Serait-ce moi ? ». Cette question est terrible, elle nous concerne tous, avec notre poids de péché… mais nous savons avant tout, qu’avec Lui, à Son école, comme st Jean et les saintes femmes, il s’agit, sans doute plus que d’annonces et de grands mots, d’être là, de se taire et d’aimer. 

 

            Cette intimité aimante a sans doute à se faire plus grande encore en ce temps de confinement – où la foule disparaît pour faire place à notre cercle familial proche ou à la solitude : pas de rassemblement pour nous porter, nous emporter ou au contraire nous détourner ! – de la part de ceux qui le peuvent pour ceux qui ne le peuvent pas et pour présenter devant Lui, avec Amour, les plaies de nos frères qui sont aussi les Siens, les hommes. 

samedi, avril 4 2020

Semaine Sainte de denuément

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-0/p320x320/92157607_1725387430937719_2656536662414196736_o.jpg?_nc_cat=111&_nc_sid=8024bb&_nc_ohc=WhTdi16Ogf4AX9NtFCU&_nc_ht=scontent-cdg2-1.xx&_nc_tp=6&oh=6fd536be3f66ef03b895c5d6f6403f7f&oe=5EADACE8

Si les circonstances mondiales font que tout est différent, il faut bien dire que liturgiquement, tout semble également l’être et qu’il est bien étrange d’entrer ainsi dans la Semaine Sainte. 

 

            Ayant grandi en servant la messe durant de nombreuses années, j’ai acquis une sensibilité forte à la liturgie de cette Semaine que j’aime entre toutes : les jours et les célébrations qui se succèdent ont eu pour moi une réelle valeur pédagogique ajoutée au spirituel. Et que dire de cette nuit d’ivresse liturgique qu’est la Vigile Pascale, où chaque temps se laisse savourer pour entrer par tous nos sens dans la joie de la Résurrection ? 

 

Et là, cette année, ce sera une Semaine Sainte dépouillée de tous nos oripeaux, même chargés de sens et de foi ; 

Ce sera une Semaine Sainte où le faste n’aura pas d’éclat extérieur mais devra revêtir le plus profond de nos cœurs ; 

Ce sera une Semaine Sainte pauvre en apparence, dont les célébrations se réduiront à l’essentiel, simplement ; 

Essentiel auquel nous aurons à nous attacher de manière plus rugueuse mais pourtant bien vraie.

Comme un appel à entrer dans l’Essentiel d’un Mystère qui se vit, 

Comme un appel à entrer dans le Mystère d’un Dieu qui se donne pour nous donner la Vie. 

 

Belle entrée dans la Semaine Sainte à chacun, vers Pâques ! 

Du Carême imaginaire au carême réel, vers la Semaine Sainte

http://www.savigny-viry-catholique.fr/wp-content/uploads/2017/03/careme27.gif

 

            Je vois encore tous ces chrétiens, le mercredi des Cendres, sur les starting-blocks, prêts à prendre le départ du Carême. Certains avec des grands objectifs, d’autres avec des plus modestes mais tous disposés à saisir ce temps opportun pour se rapprocher, un peu mieux, du Seigneur, même au sein des cahots de la vie. 

 

Comme chaque année, le temps vient éprouver les décisions du premier jour mais, ce qui compte, c’est de vivre tout de même cette fidélité, non pas tant dans une rigidité à faire mal, mais bien dans celle de ce mouvement de conversion qui nous pousse à avancer, chaque jour un peu mieux. 

 

            Et puis est venu ce drame de notre humanité : une pandémie mondiale. De l’incertitude, de l’angoisse suivies d’un confinement, et tout s’est trouvé brouillé soudain : plus les mêmes repères du quotidien. Comment poursuivre le Carême dans ces conditions ? 

 

            Il y a ce malade, professionnel habituellement suractif, qui s’est retrouvé à vivre un Carême qu’il n’avait pas choisi, souffrant, alité : ne pouvant plus être actif, même guéri, simplement malade confiné, devant consentir à cette forme de passivité. 

            Il y a cette famille vivant dans un espace trop resserré, devant se découvrir autrement, inventer une manière d’être ensemble tout en cherchant un semblant d’intimité, en apprenant à se dire encore plus « pardon ». 

            Il y a cette famille débordée par le télétravail, l’école des enfants… plus un moment à soi. La prière devient comme un instant dérobé aux flots tempétueux du quotidien. 

            Il y a ces familles éprouvées par l’hospitalisation ou le décès d’un proche, qui souffrent de ne pouvoir l’accompagner, qui vivent l’angoisse et la souffrance, sans avoir le réconfort de la partager autrement que par des écrans, et encore.

            Il y a ces personnes âgées isolées qui crèvent de leur solitude, sans personne pour les serrer dans leurs bras, pour leur dire combien ils sont précieux et aimés, malgré leur grand âge. 

            Il y a chacun de nous, vivant tant bien que mal ce temps, même dans une recherche de garder le rythme le plus ordinaire qui soit… mais cela ne saurait faire illusion. Tout a changé. 

 

Tous, nous avons vécu un carême différent et il est sans doute temps de mesurer l’écart entre notre carême décidé et résolu, devenu imaginaire, et notre carême accueilli et consenti devenu le réel, celui  du quotidien. 

Il n’est pas certain que cela soit au détriment de notre relation à Dieu, bien au contraire : sans doute celle-ci s’ajuste-t-elle différemment, au gré de jours que nous n’avons pas choisi de vivre. 

 

Mais tous, nous allons désormais entrer dans la belle et grande Semaine Sainte avec tout cela : pour exposer toute notre vie, ce qui la constitue de grand et de misères à l’amour sans limite de notre Seigneur. 

 

lundi, mars 30 2020

Invitation à Le chercher

 

Autour de lui, des accusations fusaient de toutes part, 

On peut imaginer les cris de ceux qui vitupéraient : « coupable ! » « Terrible personne ! » 

Prompts à accuser, moins rapides à se regarder en vérité.  

« Mais Jésus s’était baissé et, du doigt, il écrivait sur la terre. » 

 

J’imagine Jésus ainsi dans les accusations stériles qui fleurissent en ce temps de crise,

Jésus écrivant sur la terre, le Verbe de Dieu parcourant la terre : 

Invitation à Le chercher dans les jours qui sont les nôtres, 

Dans ces signes ténus, cachés dans l’épaisseur des jours, qui disent Sa présence. 

 

Sur l’évangile du lundi V-A de Carême (la femme adultère)

 

- page 1 de 97