Zabou the terrible

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, août 29 2016

Fin de vacances ou pré-pré-rentrée au port

http://online-shirt-designer.ch/img/Designs/Designklein-5327203.png

Merveilles de l'été,
Engagements, découvertes, services et repos,
Temps qui touche à sa fin... 

L'esprit tendu déjà vers ceux que l'on va rencontrer, 
Découvrir pour certains, retrouver pour d'autres
Le coeur s'emplit de désirs de faire grandir... 

Et, pourtant, pas de vide en ce temps d'entre-deux :
Comme toujours, des détresses et des joies : 
La vie, qui, jamais, ne prend ses vacances. 

Temps d'entre-deux,
Comme une nécessité d'y ré-ancrer le point de gravité de l'année,
De prendre le temps du coeur-à-coeur devant et avec Toi,
Pour faire de chaque rencontre à venir une Visitation,
Pour faire du grand pas approchant un saut plein de confiance en Toi,
Pour épauler, pour faire apprendre, comprendre, réussir, grandir, 
Pour "être avec", vraiment
Pour apprendre chaque jour, un peu mieux, à aimer. 

Temps de "bientôt la rentrée" et comme un temps de pause au port pour polir et affermir l'ancre destinée à arrimer le navire de nos vies quels que soient les éléments à venir...
Pour être parés à embarquer dans cette nouvelle année comme dans une aventure renouvelée vers des eaux chaque fois plus profondes,
Vers les embruns vivifiants de nos vies où Il nous attend. 

samedi, août 27 2016

Obéir-écouter-regarder (par E. Bianchi)

« Le croyant, c'est-à-dire celui qui adhère à Dieu, se sachant appelé par lui, cherche avant tout à écouter sa Parole. Voilà pourquoi l'obéissance à Dieu signifie surtout écoute de la Parole de Dieu, inscrite dans la création, contenue dans les saintes Écritures, éloquence dans l'histoire et la communauté chrétienne. Écoute, Israël ! (Dt 6,4), voilà le grand commandement. Cette invitation à écouter, c'est-à-dire à accomplir la volonté de Dieu exprimée dans sa parole, est constante dans les Écritures de l'ancienne et de la nouvelle Alliance. Écouter signifie toujours réaliser, faire, accomplir la Parole de Dieu, c'est-à-dire obéir au Seigneur, comme le montre de manière synthétique la réponse donnée par Israël à l'alliance offerte par Dieu : Tout ce que le Seigneur a dit, nous le ferons et nous y obéirons (Ex 24, 7).

Lire la suite...

lundi, août 22 2016

De l'Appel plutôt que des catholiques en colère même pas à la pelle

http://www.france5.fr/emissions/sites/default/files/images/logo-site/2014/04/15/c-dans-l-air-59813-514895.png

Avec quelques-uns, j'ai eu l'occasion de participer lors des JMJ à un échange sur les vocations chez les jeunes catholiques filmé par l'émission 'C dans l'air'. Ambiance bienveillante de la journaliste, y compris dans les questions personnelles qui suivirent. 

La diffusion de ce court reportage était prévue lors de l'émission du 15 août et quelle ne fut pas ma surprise de voir à mon retour de pèlerinage que l'émission de ce jour fut finalement consacrée au sujet "catholiques en colère", suite à l'assassinat du P. Jacques Hamel. 

Que le reportage soit diffusé un jour ou l'autre, ou pas du tout, peu m'importe, mais que l'on passe de la question des vocations à celle de la colère... ? Le changement de ton ne me semble pas anodin : d'une question spirituelle essentielle, l'on glisse à une question politique. Affaire de mode, de sondage ? L'audimat ? La belle affaire ! 

Aux JMJ, le jour même de l'assassinat du père, je n'ai pas vu de catholiques en colère, j'ai vu des catholiques attristés, meurtris parfois, mais j'ai surtout vu des jeunes catholiques priants, plus désireux que jamais de dire avec saint Jean que "Dieu est Amour". Ce n'était pas une illusion mais bien une réalité : qui y était sait la densité grave de la prière des JMJistes ces jours-là. 

Alors, le 15 août, grande fête pour les catholiques, fête où nous prions tout spécialement Marie, patronne de la France et où nous prions pour la France, parler de notre "colère" ? Laisser planer comme une suspicion de radicalisation ? Lancer comme des germes par ce terme d'une opposition des religions ? 

Et dire qu'il était question d'appels, de Dieu, de vocations... Et dire qu'il était question de Vie ! 

La vitalité des catholiques n'est pas dans leur nombre ou dans une quelconque colère... Elle est justement située bien là, dans cet incommensurable si peu médiatique qu'est leur vie spirituelle : dans leur prière, cette prière qui les fait apprendre à aimer à l'école du Christ, même quand tout sens est perdu en apparence. C'est bien cela qui est dans l'air ! 

Lectures estivales 2016 #2 : un franciscain chez les SS ou la force de la prière

http://www.editions-emmanuel.com/images/30/v_book_167.jpg

"Tous les Allemands ne sont pas nazis monsieur !" 

Ce n'est effectivement pas le cas du P. Géréon Goldmann alors même qu'il fut SS puis versé à la Wehrmacht et enfin prisonnier de guerre tout en étant et demeurant franciscain ! Un itinéraire incroyable, qui le mène à noyauter le système nazi au cœur même de celui-ci, en restant fidèle aussi bien à l'obéissance que surtout à sa foi profonde qui ne cesse de l'animer : il sera même ordonné prêtre dans un camp de prisonniers ! 

On pourrait louer l'excellent témoignage que constitue ce livre et ce serait déjà très bien mais j'aimerais aller au-delà : ce récit, en effet, narre finalement l'incroyable force de la prière et de la confiance en Dieu. Car, si le père Géréon a réalisé une œuvre formidable, tant pendant la guerre qu'ensuite comme missionnaire au Japon, il sait qu'elle est le fruit de la prière de tant de personnes pour lui-même et son apostolat. Puissance formidable de la prière au creux même des plus grandes détresses, ce qui donne vraiment à dire, mystérieusement, que "tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu" (Rom. 8, 28). Peu de choses sont humainement logiques dans sa vie mais il est certain que Dieu y est bien là ! 

Je cite la postface : "Je suis aujourd'hui un vieil homme malade. Mais ma conviction demeure plus ferme que jamais : tous les événements de nos vies sont sous la Providence bienveillante et souvent incompréhensible d'un Amour éternel. Joie et souffrance, succès et échec, maladies et infortunes de toutes sortes, tout concourt au bien, et même à ce qu'il y a de meilleur pour nous, pourvu que nous gardions en nous l'assurance que Dieu nous voit, qu'il nous entend et qu'il nous aime, pourvu que nous nous tournions vers Lui. La prière et la sainte Eucharistie : voilà le pont qui nous relie à Lui." 

Un livre décapant de confiance... pour toujours plus se tourner vers Celui qui réalise des miracles d'humanité au cœur des plus grandes détresses et pour se laisser être Son instrument, comme Il le désire. 

jeudi, août 11 2016

Don par amour, Amour par(-)don

 

https://scontent.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/13921140_10154429488026133_5436672485100615961_n.jpg?oh=a723102934426531f9038e08b70466e8&oe=5815E0F7

 

« Ceci est mon corps,

Ceci est mon sang »

Mystère de la foi !

Que cela soit avec 5 personnes,

Que cela soit avec des millions,

Que cela soit en province, à Paris ou encore aux JMJ,

Même bouleversement du Christ qui se donne,

Même bouleversement du Christ qui se rend présent.

 

Même bouleversement intérieur,

Du Christ qui s’offre à nous par amour,

Simplement par amour.

 

Le Concile de Trente définissait la messe comme un renouvellement non sanglant du sacrifice du Christ… qu’en est-il quand il se termine, quand il s’achève dans le sang ?

Chaque messe me saisit et me renvoie désormais encore plus à cela.

 

Mystère de l’Eucharistie,

Mystère de l’incandescence du don poussé à son degré ultime, qui permet celui de l’homme, porté par cet élan d’Amour, par pure grâce.

 

Désirer le martyre ?

Certainement pas.

Désirer la fidélité, jusqu’au bout,

Désirer être porté(e) dans le don de soi-même dans le seul et unique don du Christ, abandonné, livré, par Amour ?

Certainement.

 

L’assassinat de fin juillet ne fera pas se lever des chrétiens fanatiques,

Mais l’assassinat de fin juillet sera sans doute, selon la formule de Tertullien, « semence de chrétiens » :

Des chrétiens très « radicalisés » car le chrétien, c’est celui qui cherche à aimer comme Christ, qui l’aime et qu’il s’efforce d’aimer.

 

L’assassinat de fin juillet nous fera sans doute entrer toujours plus dans le mystère de l’eucharistie, comme il y a fait entrer d’une manière ultime le p. Jacques Hamel.

Dans le don de l’Amour,

Dans le don par Amour,

Pour y entrer nous-mêmes :

Dans l’Amour par don,

Dans l’Amour sans raison, incompréhensible…

C’est celui-là même qui nous permet de prier et d’entrer 

Dans l’Amour de ceux « qui ne savent pas ce qu’ils font »,

Dans l’Amour pardon.

 

dimanche, août 7 2016

Pèleriner par temps de terreur

http://www.lanticoborgo.net/images/viafrancigena-logo.jpg?232

C'était l'autre soir, après une journée de pèlerinage. Je marchais, croix au cou, dans les rues de cette ville italienne pour chercher une glace. Et soudain, en passant dans une rue sombre et peu fréquentée, je me suis dit : "Tiens, et si je me faisais attaquer ?". J'ai un peu frissonné, j'ai pensé au récent assassinat du père Jacques... 

C'est vrai que cela changeait la donne : jusque là, c'était plutôt notre société occidentale post-moderne que Daesh semblait attaquer. Et là, clairement, un chrétien, et en plus un prêtre. Une volonté derrière de monter les religions entre elles ? Peut-être. Semer la terreur par des gestes incompréhensibles et imprévisibles ? Sûrement. 

Qu'on le veuille ou non, la personne du pèlerin a un caractère sacré. On peut ricaner de sa démarche mais, toujours, on la respectera et lui avec. Souvent, on l'aidera et, parfois, on l'aimera. Le plus souvent, il y a même de très belles rencontres et de beaux échanges à la clef. Nous ne sommes que des êtres de passage, à qui il est facile de se confier... J'ai souvent eu l'impression d'être considérée comme un cadeau, comme le Christ Lui-même parfois, par ceux qui m'accueillaient : et moi, j'ai dû apprendre aussi à recevoir ces cadeaux et à y voir le don de Dieu. Je ne dis pas que je n'aurai jamais de problème durant mes longues marches pèlerines – cela ne m'est jamais arrivé en 10 ans mais j'ai conscience que cela peut arriver – mais je sais surtout que, pèlerine, j'ai une "aura" qui me dépasse et cela me donne une grande confiance durant ma marche. Je marche, seule, sans peur, sûre en plus que le Seigneur fait route avec moi. Ma foi me porte. Je ne suis qu'une pèlerine, c'est ma seule identité en route, mais je m'efforce d'être pleinement cela. 

Et si j'étais attaquée pour cette raison même que je suis une pèlerine ? Ce serait dérisoire... Mais ni plus ni moins que l'attaque contre ce prêtre humble dans une petite ville de la banlieue de Rouen. Ce serait presque une suite logique car aussi absurde. 

Mais à quoi bon avoir peur et faire le jeu de la terreur ? Il suffit de continuer à marcher, à pèleriner, le cœur en paix... Poser un acte de confiance. 

Car le pèlerin, c'est celui qui découvre le monde à la seule vitesse de son pas ; 
Quand le terrorisme détruit l'homme et cherche à anéantir les ponts patiemment bâtis entre les civilisations, 
Le pèlerin reste celui qui rencontre le monde simplement à hauteur d'homme pour y découvrir les traces de Dieu. 

À poursuivre, sans cesse. 

jeudi, juillet 14 2016

C'était comme une relecture d'annonce

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/13010685_10154137105486133_8640721712224796636_n.jpg?oh=01a971e53d60daf3977dbecf9c380b68&oe=57EDC7BA

C'était comme un murmure,
Le murmure un peu sourd, un peu caché, de l'onde se frayant un chemin capricant... L'onde vive, qui va, à chaque ressac, plus loin, qui creuse plus profondément la pierre à chaque passage.
Sillons d'eau comme sillons de vie cherchant à irriguer la profondeur. 

 

C'était comme un murmure qui d'un coup était passé à plein volume sonore : des écailles de mes yeux et de mon coeur étaient tombées.
Pas assez, mais suffisamment pour entendre clairement, du murmure, émerger une Parole. 

 

C'était comme un murmure toujours présent dans ma vie, qui sourdait, toujours plus fort, jusqu'à faire éclater tous les barrages bien construits, faits de sécurité et de certitudes. 

 

C'était devenu en réalité comme un torrent,
Le torrent du murmure de Sa joie,
Parole qui murmure en nos vies, n'attendant qu'accueil,
Parole qui n'attend chaque jour plus que notre "oui", comme adhésion à Son amoureux imprévu,
Pour se déverser à plein régime,
Pour offrir au monde comme un ru supplémentaire d'eau vive, où transparaît malgré les pierres le reflet irrisé de Sa joie. 

 

mardi, juillet 12 2016

Lectures estivales 2016 #1 : de la joie d'être au monde

Début de vacances et deux lectures légères... Elles pourraient sembler assez aux antipodes : il est d'une part question d'un roman inspiré d'un saint, d'autre part d'un ouvrage écrit par une dessinatrice à Charlie Hebdo après l'inqualifiable massacre de janvier 2015. Et pourtant, pourtant, mon esprit ne peut les dissocier : chacun, à leur manière, ils parlent du bonheur d'être, de cette incroyable joie d'être au monde. Un personnage la reçoit de Dieu tout en ne cessant jamais de la chercher, l'autre la recherche pour se reconstruire. 

 

  • Julien DELMAIRE, Frère des astres, éd. Grasset, 2016, 234 p. 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures_mini/9782246855842.jpg

Ceux qui me connaissent et avec qui nous avons déjà eu de drôles de conversations sur les saints, savent qu'un de mes saints préférés est cet étrange vagabond français du XVIIIème s., saint patron des pèlerins, autrement dit saint Benoît-Joseph Labre, ce "vagabond de Dieu". 

Inqualifiable de manière précise, j'ai aimé me rendre sur la Via Francigena dans sa maison natale d'Amettes, un très beau lieu silencieux empli de prière... et sur sa tombe en pèlerinage à Rome. J'aime cet homme si différent et si amoureux de Dieu qu'il ne peut s'empêcher de le chercher partout, quand bien même il se fait rejeter par les hommes. Il est tout pauvre, tout simple... et il est tout saint, tout plein d'adhésion à la volonté divine. Enfin, je pourrais vous en parler longuement mais ce n'est pas là le sujet. 

Frère des astres, c'est surtout une adaptation romancée de son histoire. Non pas comme la BD Quelques écorces d'orange amère une hagiographie qui lui serait consacrée mais bien une adaptation de notre cher Benoît-Joseph dans le monde actuel. Toujours aussi vagabond, toujours aussi inadapté à la société, toujours si amoureux de Dieu... Ce livre n'est peut-être pas immédiatement spirituel - d'ailleurs, je ne sais même pas si Julien Delmaire, son auteur, est croyant - mais il est hymne à la vie. Ce Benoît-là n'est pas celui du XVIIIème s. et pourtant il en a l'étoffe : celle d'un homme de Dieu, naïf, comme enchanté par Dieu dans un monde désenchanté où il aspire et respire pourtant le bonheur... Et l'auteur laisse transparaître ici ou là dans ce curieux récit de voyage quelques fulgurances spirituelles qui étincellent ce beau récit, pourtant sans aucune gloire. 

C'est du tout simple mais c'est du tout bon... Courez-y ! 

 

  • Catherine MEURISSE, La Légèreté, éd. Dargaud.  

https://static.mmzstatic.com/wp-content/uploads/2016/05/la-legerete-catherine-meurisse-e1462290047498.jpg

Catherine Meurisse a échappé à la fusillade du journal Charlie Hebdo : c'est une rescapée, grâce à un retard ce jour-là. BD coup de gueule ? BD récit de Douleur ? Ce qui transparaît ici, ce n'est pas le voyeurisme d'un journal intime, c'est la douloureuse reconstruction à l'amour de la vie face à un drame dont personne ne saurait jauger la portée. C'est pudique et très juste de ton. 

Ses clés ? L'art... puis l'amour... puis la vie... En quelque sorte. C'est une B.D. à la saveur rêche, amère, dont on sort un peu tourneboulé par la souffrance qu'on y sent, mais, là aussi, avec un grand désir d'aimer la vie. 

Je cite la 4ème de couverture pour vous en donner une idée : 

- Moi, ce qui m'a soudain paru le plus précieux, après le 7 janvier, c'est l'amitié et la culture. 
- Moi, c'est la beauté. 
- C'est pareil. 

 

Rush or not rush ? L'Esprit à haut débit

Presque un mois de silence ici... Le fameux rush de fin d'année ? Certes, pire que jamais en un certain sens du côté de la masse de travail, et n'oublions pas la préparation des JMJ si chronophage, mais il n'y eut pas que cela... il y eut tant et tant !  

https://scontent-fra3-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/13626985_10154339809046133_2864466313191047996_n.jpg?oh=575201b154e19c456bcc68f325cbd02a&oe=57F8E8B8

Quand le Souffle s'amuse à virevolter un peu partout dans ta vie,
A haut débit, de tes élèves à ta propre vie,
Tu regardes, étonnée,
Tu réapprends, au coeur des plus grandes activités,
A contempler, avec une certaine gratuité. 

Ces moments où tu sembles qu'il te faille toujours mieux réapprendre à dire "merci" tant Tu as l'impression de ne le dire jamais assez fort... Alors, écrire ? Il fallait prendre le temps pour le pouvoir à nouveau. 

L'été s'est éveillé en action de grâces... 
Il va être temps de pouvoir à nouveau la partager !
A suivre :-) 

 

P.S. : "Que ceux qui ont des oreilles ou Fb , qu'ils comprennent ! " :-) Pour les autres, eh bien, eh bien... je vous aime quand même ! ;-) 

mercredi, juin 15 2016

Simply the best

http://www.paroissetresses.fr/tous-au-service-de-tous/s.e.malades/le-sacrement-de-la-reconciliation/image_mini 

Se mettre sous le signe de la croix,
Sous le regard de Ta croix,
Et laisser Son ombre illuminer mes ténèbres.

 

Se mettre à l’écoute de Ta Parole, qui va jusque là,
Parole vivante qui se donne jusqu’au bout,
Et laisser Sa lumière irradier les coins les plus obscurs de mon existence.

 

Dans la lumière de Ton Amour,
Repérer les taches qui résistent,
Et discerner ces coins salis qui empêchent Ton amour de rayonner à travers moi. 

 

Venir, tout simplement, confesser Ton amour,
Te confier mes ratages, mes efforts et mes chutes,
Et me laisser, tendrement, réconcilier…

 

T’entendre me dire Ton Amour,
Ton pardon qui est de toujours,
Et laisser ces occasions de faiblesse,
Et laisser ces envers de laideurs,
Devenir chaque fois plus l’occasion d’un rendez-vous, un peu secret parce que complètement amoureux, avec Toi.

 

lundi, juin 13 2016

Les personnes ennuyeuses et la charité assise

Dans les oeuvres de miséricorde que cette année de la miséricorde nous invite tout spécialement à découvrir ou à redécouvrir, il y en a une qui prête souvent à sourire : "supporter patiemment les personnes ennnuyeuses". A ce sujet, j'ai trouvé très beau l'éditorial de la revue Christus d'avril 2016 que je me permets de reproduire ici, qui en donne, me semble-t-il, toute la profondeur et le sens. 

http://jesuites.com/compagnons/rupnik/images/fondi.jpg

         "Les oeuvres de miséricorde décrivent un mouvement de sortie de soi pour aller au devant de l'autre "abîmé". Or, une curieuse injonction à "supporter patiemment les personnes ennuyeyses" se glisse un peu comme par erreur dans ce paysage de la bonté. On pourrait objecter qu'il n'y a pas de commune mesure entre la noblesse du service aux démunis et l'insignifiance du simple fait de supporter. En outre, quelle idée curieuse de mettre sur un même plan, les pauvres, les pécheurs... et les raseurs ! Le voisin de table qui monopolise la parole, nous abreuve de ses histoires et parle sans jamais rendre la politesse de son écoute, serait-il, à sa façon, un pauvre qui appelle notre charité ? Mais de quelle charité parle-t-on s'il ne s'agit pas de sortir de nous-mêmes pour porter nourritures et consolations ? 

            Non, il ne nous est pas demandé ici de sortir mais de rentrer. Tenir notre poste et voir s'il y a en nous la place pour un autre ; ne pas quitter notre fauteuil mais au contraire nous y installer pour accueillir celui que nous voudrions fuir. Il est temps maintenant de retenir les pensées malveillantes et, après coup, la parole assassine qui, croit-on, panse l'irritation. 

            Cette modeste "charité assise" coûte tant que nous serions tentés de l'ignorer, elle a cependant bien sa place. C'est une visite sans bouger et un don sans cadeau ; une prière dénuée de paroles. L'humble présence que nous devons à l'autre ne nous apporte pas de récompense. Goûtant la joie d'être reçu, le raseur le restera ; il ne sera peut-être pas transformé par notre présence intérieure. Nous le serons à coup sûr." 

In M.-C. Bustarret, édito "La Charité assise", Christus, avril 2016. 

dimanche, juin 12 2016

Si ton coeur te condamne

 

Le pharisien de l'évangile qui se dit en lui-même face à la pécheresse qui baigne de larmes, de parfums et de baisers les pieds du Christ : "non mais franchement Jésus, si tu étais vraiment Dieu, tu saurais quelle est cette pécheresse qui t'approche ! Ne la laisse pas faire, Tu vaux mieux que ça Seigneur !", c'est bien souvent moi. 

Moi vis-à-vis des autres ?
Peut-être. 
Moi vis-à-vis de moi-même ?
Sûrement. 

Le regarder et se trouver pécheresse. 
S'approcher et se trouver indigne
Pleurer à Ses pieds, parfois, sans oser Le regarder yeux dans D'yeux.

C'est, qu'à la brûlure de Son amour,  
Parfois, le coeur-à-coeur fait peur tant on sait que notre petit coeur ne sera pas à la hauteur du Sien...

L'Evangile du jour, c'est justement nous rappeler que cette pensée, c'est bip-bip-wrong-way !
C'est justement nous rappeler non notre coeur mais Son coeur à Lui, tendre, miséricordieux, infiniment ouvert,
C'est justement nous rappeler cette si belle et juste phrase de saint Jean "si ton coeur te condamne, Dieu est plus grand que ton coeur". 

Parce qu'Il sait bien tout ce qui habite notre coeur : ce qui l'habite de grand et de beau, et ce qui l'habite de petit et de misérable, 
Parce qu'Il n'attend qu'un plongeon de notre part dans l'océan infini de Sa miséricorde : qui sait si nos larmes ne sont pas déjà comme les premières gouttes de celle-ci qui veut simplement déborder et habiter entièrement nos coeurs  ? 

 

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/s851x315/13239139_1337437636271836_7645380535198199267_n.jpg?oh=733a39efd22f06c800a7a89a1df03652&oe=57C691AE

 

mercredi, juin 1 2016

Pour un apostolat de l’apocalypse ou l’aubaine d'une petite lecture vivifiante pour jours de pluie

 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/L9782353894826.jpg

 

Issu d’une conférence donnée à Rome, L’Aubaine d’être né en ce temps – Pour un apostolat de l’apocalypse conserve la fraîcheur enlevée du style oratoire et c’est une jubilation que lire ce petit ouvrage savoureux et efficace.

 

Deux parties constituent le discours, également bien pesées et envoyées :

« De la mission catholique et de son opposition à toute propagande idéologique » qui nous rappelle que nous n’adhérons pas à un parti où l’on s’encarte pour encarter d’autres mais bien que le catholicisme s’organise tout entier avant tout à partir d’une Rencontre avec Quelqu’un… qui ne peut qu’avoir des conséquences !

 

Quand vous vous tournez vers un artiste en tant qu’artiste, vous êtes bien obligés de vous tourner du même coup vers ses œuvres d’art. Quand vous vous tournez vers Dieu en tant que Créateur, vous êtes obligés de vous tourner du même coup vers les créatures. Et quand vous vous tournez vers Dieu en tant que Rédempteur, vous êtes obligés de vous tourner du même coup vers les pécheurs. Et, dans ce dernier cas, ce n’est pas seulement aux belles statues qu’on doit s’intéresser, c’est aussi et surtout aux blocs mal dégrossis, aux tas de cailloux, aux sables mouvants… (p. 18)

 

« Signes des temps : pour  un apostolat de l’apocalypse »…. En « ces temps qui sont les derniers » ? J’aime assez croire qu’il s’agit de notre possible apostolat en temps non de fin mais bien de dévoilement, ancré dans la Parole de Dieu et dans la chair.

 

L’espérance du face-à-face avec Dieu ne se transmet vraiment qu’à travers le face-à-face avec l’autre. La foi en l’Incarnation ne s’accomplit que dans une incarnation. Enfin, la grâce ne se manifeste que dans une présence gratuite, et même inutile, qui ne vous livre aucune information : dans le côte-à-côte, on ne voit même pas son ami ; on est là, comme ça, avec lui, ce qui atteste la joie d’être là, comme ça, avec l’autre (p. 42)

 

62 pages à lire pour le plaisir de l’esprit tant elles sont bien écrites mais surtout pour laisser grandir la joie de l’Esprit à l’œuvre en ce monde et en nous,

Afin d'être d'être vivifiés en notre être de disciples-missionnaires par des pistes fécondantes qui font mouche :
N'hésitez pas ! :-) 

 

P.S. : Et puis accessoirement, je trouve le titre avec son sous-titre super ! ... ... ... ... Ne vous moquez pas : je ne compte pas le nombre de fois où j’ai acheté un livre à cause de son seul titre… ! 

dimanche, mai 29 2016

Fête du Saint Sacrement

http://www.lavie.fr/images/2013/10/10/45176_hostie-consecration-eucharistie_440x260.jpg

Comme des ellipses de sens,
Où la raison se tait,
Où l’Esprit souffle en épiclèse,
Où deux mains se lèvent :
Silence.
Ce pain élevé,
Mes genoux posés,
Mes yeux irrémédiablement attirés.

 

Comme du temps perdu,
Comme du temps passé,
Où l’Esprit souffle la prière au cœur,
Où Tu es là, devant moi, exposé :
Silence.
Ton Don tout entier,
En Ton Saint-Sacrement exposé,
Et mon corps prosterné.

 

Comme des mains tendues et en même temps réservées,
Comme ma crasse indignité,
Où l’Esprit souffle en communion.
Chant et silence.
Ton Corps élevé,
Devant mes yeux souvent embués,
Et répondre, malgré tout, « amen » en vérité.

 

Consécration,

Adoration,

Communion :

Valse spirituelle de Ta vie offerte, donnée,
Valse de silence en trois temps, que nous contemplons.
D’un « Je t’aime » infini qui donne l’unique juste note,
Aux « je T’aime » balbutiants, hésitants, de nos vies qui cherchent l’unisson ;
Nourriture de la route,
Nourriture qui scande le rythme de notre vie,
Pour imiter la perfection gracieuse de Ton mouvement qui a nom charité.

 

jeudi, mai 26 2016

Pouce ?

 

Stop ! Pause ! Pouce !

Petit geste accompagnant la parole que je ne peux faire ces temps-ci. Rien de grave, mais un peu d’immobilisation forcée d’un doigt… bien utile.

 

https://scontent-fra3-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/13241166_10154208841626133_8912941397756497821_n.jpg?oh=56f64972f0e752808013a9c1e7b439da&oe=57C73888

 

Le rapport avec la choucroute avec Dieu et ce blogue ?

Que je suis lente à tout faire et ai donc encore moins le temps d’écrire ? Certes.

Que cela me permet évidemment de goûter la charité des frères par leur sollicitude attentionnée dans les petits gestes du quotidien ? Oui ! Et mille fois oui !

 

Mais en réalité, ce petit incident au pouce est aussi joliment métaphorique.

 

Le pouce, ce doigt auquel on ne pense jamais et, quand il est bloqué par une attelle, on se trouve bien embêté pour faire les petits gestes du quotidien. C'est comme une invitation à faire attention au petit, à celui auquel on ne pense pas, à celui qu’on ne voit pas ou plus tant on y est habitué et qui pourtant fait tellement ! Il ne faudrait pas qu’il ne soit plus là pour qu’on se rende compte combien il est important. Cela vaut pour les personnes, cela vaut pour la prière.

 

Mais chez nous, humains, ce pouce possède la particularité non négligeable d’être opposable. Il faut ainsi l’opposition puisqu’on l’on puisse saisir adroitement (actuellement, je n’y arrive plus !) : n’est-ce pas un encouragement à la discussion, au débat fraternel dans le rapport même Corps / même main ? Invitation à l’unité dans la pluralité, invitation à une communion vraie même dans les oppositions apparentes, pour chercher à saisir, mieux, le mystère du Christ ?

 

Et si, aussi, il y avait une forme de « pouce » au rythme effréné de la fin d’année déjà en train de se cadencer, ou en tout cas le « pouce » vital de la pause prière à prendre, à garder, de l’attention à Dieu pour rester attentif à l’autre, même dans la tension ? 

 

Bref, depuis une semaine, la prière a muté des mains plus ou moins jointes aux pouces (mi)-en l’air en guise d'aide-mémoire... et c’est pas mal non plus ;-)  

 

lundi, mai 16 2016

Lundi de Pentecôte ou le pincement de poursuite

http://a398.idata.over-blog.com/600x797/3/96/03/31/CHAGALL-CANTIQUE-DES/20-CHAGALL-CANTIQUE-DES-CANTIQUES-3C-NICE.jpg

Le lundi de Pentecôte, avoir un petit pincement au coeur de ranger le volume 2 de la liturgie des heures pour prendre le volume 3 ; 

Comprendre : avoir un petit pincement au coeur de passer du Temps pascal au Temps ordinaire.

C'est bête, hein ? D'autant plus qu'il y a toujours de nombreuses solennités qui émaillent ce retour au temps ordinaire jusqu'aux grandes vacances, il y aurait suffisamment de quoi se réjouir. Il n'empêche : cela reste le temps ordinaire. 

On aimerait que l'ivresse du temps pascal demeure, assez bêtement, ou plutôt assez humainement... et pourtant, il ne tient qu'à nous qu'elle demeure intacte : ou tout au moins, il ne tient qu'à nous à travers Celui qui nous a été donné, dont nous rappelons la venue à chaque Pentecôte. 

" Il a envoyé d'auprès de Toi, comme premier don fait aux croyants, l'Esprit qui poursuit son oeuvre dans le monde et achève toute sanctification" affirme ainsi la si belle prière eucharistique IV qui me semble si en résonnance avec le lundi de Pentecôte. 

Le temps ordinaire prend alors sa vraie dimension : aujourd'hui, ce n'est pas le retour à l'ordinaire, c'est le temps de la poursuite en nous, par nous et pour nous tous de l'oeuvre de l'Esprit. Rien de plan-plan, rien de si ordinaire ! 

Cela ne tient qu'à nous de L'accueillir, de Lui prêter attention, de L'écouter, de Le laisser nous envoyer. 

Il faudrait donc que le petit pincement soit un pincement de ceux qui donnent envie d'aller plus loin :

Pour que l'Esprit Saint, le don de Dieu, heureusement reçu, soit accueilli en Son dynamisme, 

Pour que le volume 3 de la liturgie des heures soit autant attention à la 3ème personne de la Trinité qu'au Père et au Fils, 

Et pour que le temps ordinaire devienne pleinement le temps irrigué par l'Esprit. 

 

Illustration : Marc Chagall, illustration pour le Cantique des Cantiques

samedi, mai 14 2016

Au coeur du monde pour une énergie nouvelle

Derniers jours du Temps Pascal...

Je me demandais hier soir en publiant l'extrait de Sagesse d'un pauvre quelle était celle de mes lectures qui m'avait le plus marquée durant ce Temps. 

Or, si je devais en choisir une, ce serait certainement Le Coeur du Monde d'Hans-Urs von Balthasar, lu grâce à mon tuteur d'études en théologie. Puisque j'ai réalisé une fiche de lecture sur ce livre, je me suis dit que j'allais vous en partager une version légèrement raccourcie : puisse-t-elle vous donner envie de découvrir ce très bel écrit ! 

http://img.over-blog-kiwi.com/0/87/38/05/20150919/ob_596ad7_coeur-du-monde.jpeg

Quand on a déjà lu un autre ouvrage de Balthasar, Le Cœur du monde déroute car, alors qu’on s’attend à un ouvrage théologique érudit sur la spiritualité du Cœur de Jésus, seul vrai cœur faisant battre le monde, il s’agit essentiellement d’un immense poème méditatif aux consonances lyriques. 

 

Treize chapitres scandent cette longue méditation, organisée en trois parties : le Royaume – la Passion – la Victoire. Tantôt faisant parler Dieu, tantôt faisant parler le Christ, tantôt partageant l’expérience de l’homme croyant, Balthasar nous offre un véritable chemin pascal, commençant par le constat de notre misère humaine au sein de laquelle s’ouvre l’espérance à travers le soupirail de la prison ténébreuse où nous gisons : « Et dans tout cela une promesse : d’amour, de joie, une échappée sur des lointains indéfinis, éveillant un vertige. La délivrance du cachot insupportable de mon moi. L’aventure à laquelle j’ai toujours aspiré. Le risque total dans lequel je serai sûr de tout perdre et de tout gagner ». C’est le début d’une aventure dans laquelle Balthasar constate et rappelle, jouant de nombreuses fois sur l’ironie, combien Dieu est dangereux puisqu’Il nous laisse profondément libre, « incognito, au milieu de tout le tumulte de la foire terrestre. Il recherche la confiance, la confidence, il mendie votre amour ». C’est cette raison même qui fait que nous L’écartons alors même qu’il voudrait « transformer [s]on cœur sublime en bassin de décantation du monde ». Pourtant, tout prend sens dans le mystère de l’Incarnation : Dieu ne saurait se rendre impur en nous côtoyant, il prend tout de notre humanité pour en enlever le péché. Acte de folie divine ? Peut-être mais Balthasar poursuit : « juste à temps, je me souvins de ton cœur, Seigneur, et je me rappelai que tu as aimé les limites de tes créatures », louant, exaltant cet amour qui s’épanche infiniment. Si certaines paroles sur l’Église peuvent sembler cinglantes, il s’en dégage en réalité un grand amour, un désir de la voir pleinement vivre au rythme du cœur de Dieu, quoique constituée de pécheurs.  

 

En lisant, j’ai souvent senti des échos de saint Jean de la Croix et je me suis souvent prise à prier : « combien je te remercie, Seigneur, de pouvoir couler sans être obligé de saisir, de pouvoir m’épanouir dans ton bienheureux et insondable mystère sans être obligé de me creuser l’esprit sur des signes et des écrits. Car tout est murmure, mais c’est ton nom que les choses murmurent ». Un livre qui ordonne foi, dogme et Église au seul amour, qui a vaincu le monde.

 

-->  Hans-Urs von Balthasar, Le Cœur du monde [1956], éd. Saint-Paul, réédition 1997, 238 p. 

 

vendredi, mai 13 2016

RIP Eloi Leclerc

F. Eloi Leclerc, l'auteur notamment de Sagesse d'un pauvre, est décédé ce jour. En guise d'hommage, je transcris ce petit texte qui en est issu... Un petit extrait que m'avait transmis il y a presque 10 ans feu mon père spirituel à une question connexe que je lui posais et que je garde encore tel un trésor. 

https://lh3.googleusercontent.com/-AA6OODyJmaE/TIId-nwDzRI/AAAAAAAAAtc/gIrnOak-PgUPAYuX3kQvIVfiSWPPpoi2QCCo/s720/DSC_0922.JPG

- Sais-tu, frère, ce qu'est la pureté du coeur ? 

- C'est ne pas avoir de faute à se reprocher répondit Léon sans hésiter. 

- Alors, je comprends ta tristesse, dit François. Car on a toujours quelque chose à se reprocher. 

- Oui, dit Léon, et cela précisément me fait désespérer d'arriver un jour à la pureté du coeur. 

- Ah ! Frère Léon, crois-moi, repartit François, ne te préoccupe pas tant de la pureté de ton âme. Tourne ton regard vers Dieu. Admire-le. Réjouis-toi de ce qu'il est, lui, toute sainteté. Rends-lui grâces à cause de lui-même. C'est cela même, petit frère, avoir le coeur pur. 

Et quand tu es ainsi tourné vers Dieu, ne fais surtout aucun retour sur toi-même. Ne te demande pas où tu en es avec Dieu. La tristesse de ne pas être parfait et de se découvrir pécheur, est encore un sentiment humain, trop humain. Il faut élever ton regard plus haut, beaucoup plus haut. Il y a Dieu, l'immensité de Dieu et son inaltérable splendeur. Le coeur pur est celui qui ne cesse d'adorer le Seigneur vivant et vrai. Il prend un intérêt profond à la vie même de Dieu et il est capable, au milieu de toutes ses misères, de vibrer à l'éternelle innocence et à L'éternelle joie de Dieu. 

Un tel coeur est à la fois dépouillé et comblé. Il lui suffit que Dieu soit Dieu. En cela même, il trouve toute sa paix, tout son plaisir. Et Dieu lui-même est alors toute sa sainteté. 

- Dieu, cependant, réclame notre effort et notre fidélité, fit observer Léon. 

- Oui sans doute, répondit François. Mais la sainteté n'est pas un accomplissement de soi ni une plénitude que l'on se donne. Elle est d'abord un vide que l'on se découvre et que l'on accepte, et que Dieu vient remplir dans la mesure où l'on s'ouvre à sa plénitude. 

Notre néant, vois-tu, s'il est accepté, devient l'espace libre où Dieu peut encore créer. Le Seigneur ne laisse ravir sa gloire par personne. Il est le Seigneur, l'Unique, le Saint. Mais il prend le pauvre par la main, il le tire de sa boue et le fait asseoir parmi les princes de son peuple afin qu'il voie sa gloire. Dieu devient alors l'azur de son âme. 

Contempler la gloire de Dieu, frère Léon, découvrir que Dieu est Dieu, éternellement Dieu, au-delà de ce que nous sommes ou pouvons être, se réjouir à plein de ce qu'il est, s'extasier devant son éternelle jeunesse et lui rendre grâces à cause de lui-même, à cause de son indéfectible miséricorde, telle est l'exigence la plus profonde de cet amour que l'esprit du Seigneur ne cesse de répandre en nos coeurs. C'est cela avoir le coeur pur. Mais cette pureté ne s'obtient pas à la force des poignets et en se tendant. 

- Comment faire ? demanda Léon. 

- Il faut simplement ne rien garder de soi-même. Tout balayer. Même ce sentiment aigu de notre détresse. Faire place nette. Accepter d'être pauvre. Renoncer à tout ce qui est pesant, même au poids de nos fautes. Ne plus voir que la gloire du Seigneur et s'en laisser irradier. Dieu est, cela suffit. Le coeur devient alors léger. Il ne se sent plus lui-même, comme l'alouette enivrée d'espace et d'azur. Il a abandonné tout souci, toute inquiétude. Son désir de perfection s'est changé en un simple et pur vouloir de Dieu." 

Léon écoutait gravement, tout en marchant devant son père. Mais, à mesure qu'il avançait, il sentait son coeur devenir léger, et une grande paix l'envahir. 

Eloi Leclerc, Sagesse d'un pauvre

 

samedi, mai 7 2016

Un chemin d'Assise (qui se fait debout)

Si je parle plus souvent ici de la via Francigena (d'ailleurs, il faudrait que je mette à jour la page ad hoc), je me suis aussi lancée l'année dernière avec des jeunes adultes du diocèse sur le chemin d'Assise dans un projet co-organisé avec un commentateur régulier de ce blogue (l'auteur des DiMails pour ne pas le nommer qui en a déjà parlé dans un récent commentaire). Les inscriptions 2016 sont lancées ici : jeunes cathos 92

Mais qu'est-ce que le Chemin d'Assise allez-vous me dire ? 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782227487178.jpg

Ce livre donne quelques précisions : non pas tant sur les étapes qu'on trouve par ailleurs sur le site dédié, à propos de ce chemin de randonnée au tracé récent, qui relie la première communauté franciscaine en France - Vézelay - à la patrie du poverello - Assise, mais sur ce qui s'y vit. 

Bien évidemment, comme tout chemin de pèlerinage, qu'il s'agisse du Camino ou d'un autre, les effets personnels sont différents puisque les motivations le sont également. 

Pourtant, il est des données communes, même quand c'est la surprise qui préside au départ comme ici : "Tu ne veux pas marcher vers Assise ?" de quelqu'un qui ne s'affirme pas si catholique que cela ! Le dépouillement, le départ, les questions profondes qui remontent... Et puis la marche dans la nature, cette mouvance indescriptiblement contemplative qui étreint le coeur du pèlerin et qui, en le plongeant dans la Création, le fait plonger toujours plus profondément en lui-même - d'aucuns diraient "en Dieu" et ce ne serait pas faux. N'y a-t-il pas d'ailleurs en cela quelque chose d'un esprit profondément franciscain, de cet émerveillement qui faisait s'exclamer au pauvre d'Assise son fameux cantique des créatures : "Loué sois-Tu mon Seigneur pour toutes les créatures" ! 

Ici s'écrivent et se disent aussi les rencontres, ces rencontres de pèlerinage, si précieuses, si anodines en apparence et pourtant tellement profondes, ces rencontres d'homme à homme, simples et vraies, sans fioritures ni jeux, d'où surgissent ces étincelles de vie et de joie où l'on distingue souvent la présence de Celui qui est le Chemin. 

Pour en lire plus, c'est Chemin d'Assise - l'aventure intérieure d'Olivier Lemire, en co-édition Bayard et éditions franciscaines. (>>)

 

En bonus pour ceux du diocèse... vous venez marcher avec nous ? 

vendredi, mai 6 2016

Le trouble de la vie

 

http://eduscol.education.fr/localisation/pedago/argos1/images/thermiq.jpg

 

C’était avant les vacances, juste avant les vacances. En méchante prof, j’avais mis une grosse évaluation cette heure-là… avant les vacances : horreur !  

 

Comme toujours, je prends le temps de l’accueil à l’entrée en classe : des « bonjour », des sourires, le temps pour l’un ou l’autre de me glisser discrètement un mot, l’occasion pour moi de repérer ceux qui semblent n’avoir guère le cœur à sourire… Un moment bref mais essentiel avant le cours pour prendre la température de la classe.

 

Et puis là, ce petit bonhomme là, plutôt grande gueule mais sympathique qui geint et me dit : « madame, ça va pas ! ».  J’attends que le reste de la classe soit rentré et je lui demande ce qui ne va pas : « oh, je ne me sens pas bien, c’est à cause de ce midi ! »

- Que s’est-il passé ?

- Eh bien, ma maman <imaginez le tout entrecoupé de gros sanglots>, eh bien, elle a perdu plein d’eau, du sang aussi…

- Ta maman attend un bébé ?

- Oui, on attend un bébé, elle va accoucher là, elle est partie vite avec mon père là et tout et tout !

- Bon, alors, courage, ça va aller ! Ne t’inquiète pas ! ». 

Et il repartit avec le sourire, prêt à affronter son évaluation. 

 

Et pendant le contrôle, aller le voir et lui demander à voix basse : « Et tu sais déjà si c’est un petit frère ou une petite sœur ? ».

Voir ses yeux s’illuminer pour me répondre : « une petite sœur, m’dame ! »

 

Cela semblera anodin mais, alors que j’ai si souvent des élèves troublés par le poids et les difficultés de la vie, c’était la première fois que j’en voyais un troublé par la vie elle-même, la vie naissante, la vie jaillissante… Et c’était très beau, vraiment. Savons-nous encore, nous aussi, être émus, simplement touchés et émerveillés par la vie ? 

 

- page 1 de 83